Coupe Rogers 2019

À VOIR: l'adversaire d'Auger-Aliassime critique la foule montréalaise

Publié | Mis à jour

Karen Khachanov savait qu’il se retrouverait en territoire hostile contre Félix Auger-Aliassime. Il n’avait pas besoin d’être un devin pour faire ce constat.

S’il s’attendait à camper le rôle du vilain, le Russe s’est battu avec lui-même pour maîtriser ses émotions durant ce marathon de près de trois heures. La marmite a explosé à la fin de la première manche. C’était 7 à 6 pour Auger-Aliassime lors du bris d’égalité et le Russe venait de perdre trois points d’affilée.

Le segment complet se trouve dans la vidéo ci-dessus.

Khachanov a sorti sa rage en expédiant une balle à l’extérieur du stade IGA.

Si à une autre époque, Mack Jones a frappé des circuits pour les Expos dans la piscine de l’autre côté de la clôture, Khachanov a envoyé sa balle près du court Banque Nationale pendant un match entre Daniil Medvedev et Cristian Garin.

«Je ne peux pas nier que je suis devenu un peu fou contre la foule, a affirmé le huitième joueur au monde en conférence de presse. J’étais déçu contre moi, mais aussi contre les partisans. Ça ne me dérange pas quand ils applaudissent les bons coups de Félix. C’est normal, il vient de Montréal.»

«Je souhaiterais me faire applaudir de la même façon quand je joue en Russie, a-t-il poursuivi en souriant. Mais je n’aime pas ça quand les partisans se lèvent après une erreur de ma part ou qu’ils crient que la balle est à l’extérieur pendant les points. Je trouve que c’est un manque de respect. Je suis donc devenu fou. Le bon côté, c’est que j’ai provoqué la foule et que je me suis nourri de cette énergie. Pour vous dire la vérité, j’ai fait des conneries.»

«Quand les amateurs sifflent, ça me rappelle une ambiance d’un match de soccer. Nous jouons au tennis, pas au soccer. Il faut respecter le sport.»

Bientôt dans le top 10

Après le match, Khachanov a agi avec classe envers Auger-Aliassime. Il s’est excusé pour son comportement sur le terrain, lui rappelant qu’il n’avait aucun mauvais sentiment contre lui, mais bien contre la foule.

Âgé de 23 ans et membre du top 10 mondial depuis le mois de juin, Khachanov s’attendait à voir son rival du troisième tour à la Coupe Rogers intégrer ce groupe sélect d’ici peu.

«Je lui souhaite la meilleure des chances et ce serait bien qu’il se retrouve dans le top 10 le plus rapidement possible, a-t-il souligné. Mais c’est encore un peu tôt. Il doit y aller une étape à la fois. Sa progression au classement de l’ATP est toutefois très impressionnante, elle rappelle l’ascension de Rafa [Rafael Nadal] au même âge.»

«Il faut voir comment il se développera. Mais je suis persuadé, s’il ne se passe rien de mal avec lui, qu’il sera parmi les 10 premiers au monde plus tôt que tard.»