TENNIS/

Crédit : USA TODAY Sports

Coupe Rogers 2019

Une entrée en scène difficile pour Simona Halep

Publié | Mis à jour

La championne en titre de la Coupe Rogers, Simona Halep, a connu un début de parcours laborieux mercredi après-midi, contre l’Américaine Jennifer Brady.

Ennuyée par des douleurs au pied gauche, la Roumaine a néanmoins réussi à revenir de l’arrière et à l’emporter 4-6, 7-5 et 7-6 (5) sur le court central du Aviva Centre, à Toronto.

«Ça a été un match vraiment, vraiment difficile. Je m’y attendais, car je sais qu’elle sert bien et qu’elle a un gros coup droit. Je ne me sentais pas 100 % prête pour le tournoi après avoir eu une longue pause (...)

Mais je suis contente de m’être battue jusqu’à la toute fin», a expliqué Halep, qui en est à un premier tournoi depuis son triomphe à Wimbledon en juillet.

La quatrième joueuse mondiale a fait appel au soigneur dès la fin de la première manche en raison de douleurs au talon du pied gauche. Elle a à nouveau demandé des traitements après le deuxième set.

«J’ai senti (de la douleur) au talon d’Achille dès le premier point du match. Mais c’est normal après une pause et en recommençant à jouer sur le dur. C’est très difficile pour les chevilles et les genoux.»

L’ancienne numéro un mondiale semblait en parfait contrôle de la situation au début de la troisième manche, prenant rapidement une avance de 4-0. Mais la 76e raquette mondiale, qui est issue des qualifications, a repris l’avantage en remportant les cinq jeux suivants.

«C’était un moment difficile (dans la rencontre), mais je sentais que j’avais l’énergie pour faire tourner les choses et pour gagner», a indiqué Halep.

La Roumaine de 27 ans a finalement mis un terme au match après 2 h 26 min de jeu, en remportant le bris d’égalité du troisième set. Elle a subi sept bris de service au cours du duel.

Barty détrônée 

Par ailleurs, la Japonaise Naomi Osaka, N.2 mondiale, s'est qualifiée pour les huitièmes de finale, entraînant par la même occasion la chute de l'Australienne Ashleigh Barty de sa place de N.1 mondiale.

En raison de l'abandon de l'Allemande Tatjana Maria (74e mondiale), Osaka n'est pas encore assurée de remonter sur le sommet du tennis mondial, car la Tchèque Karolina Pliskova, 3e joueuse mondiale, a elle aussi la possibilité de redevenir reine du tennis féminin.

Si Pliskova s'imposait en finale, même face à Osaka, elle redeviendrait N.1 mondiale, alors que la Japonaise doit atteindre au moins les quarts de finale pour retrouver la tête du classement WTA au cas où la Tchèque parviendrait dans le dernier carré.

Azarenka freinée

De son côté, l'ancienne numéro un mondiale Victoria Azarenka s’est inclinée au deuxième tour.

L’athlète du Bélarus, qui occupe le 39e rang du classement de la WTA, a perdu en deux manches de 7-5 et 7-5 contre la jeune Ukrainienne Dayana Yastremska, 33e au monde.

Pas facile pour Svitolina 

Sacrée championne à Toronto en 2017, l’Ukrainienne Elina Svitolina a eu fort à faire contre la Tchèque Katerina Siniakova, 41e au monde, qu’elle a finalement vaincue 6-3, 3-6 et 6-3. 

Une autre dure bataille attend la sixième favorite au troisième tour face à Belinda Bencic, gagnante de la Coupe Rogers en 2015. 

La Suissesse de 22 ans, qui est présentement 12e au classement de la WTA, a défait l’Allemande Julia Goerges en trois manches de 5-7, 6-3 et 6-4 mercredi. Bencic a remporté ses deux affrontements en carrière face à Svitolina.