Coupe Rogers 2020

Le dos de Milos Raonic craque devant Félix Auger-Aliassime

Agence QMI / Mathieu Boulay 

Publié | Mis à jour

On attendait le duel entre Félix Auger-Aliassime et Milos Raonic avec impatience. Toutefois, ce choc tout canadien a donné droit à un dénouement inattendu avec l’abandon de Raonic après 90 minutes de jeu, mercredi soir, au Stade IGA.

Avec une manche remportée de chaque côté au compte de 6-3, Raonic a concédé la victoire à Auger-Aliassime. Le colosse de 6 pieds 5 pouces a vu ses maux de dos venir le hanter de nouveau.

Cette douleur au niveau des vertèbres lombaires le tenaille depuis plus d’un mois. Hier, il a fait appel au thérapeute alors qu’il menait 4-1 lors de la deuxième manche. Les traitements l’ont aidé à finir la manche, mais la douleur était simplement trop importante pour finir la rencontre.

C’est dommage parce qu’on sentait que Raonic et Auger-Aliassime allaient se livrer une troisième manche endiablée au grand plaisir des milliers d’amateurs qui étaient dans les gradins.

«Mes émotions étaient peu partagées surtout après le match, a indiqué Auger-Aliassime. Je sais que c’est un problème récurrent chez lui. Je pense qu’il ne voulait pas mettre sa saison en péril. Ça fait partie du jeu.»

«Parfois, la douleur peut passer. Après qu’il ait reçu son traitement, sa douleur a peut-être passé. Sur certains retours, je l’ai senti moins réactif. Il servait moins bien. Il avait aussi de la difficulté à se déplacer. Il y avait des petits signaux qu’il ne pourrait pas finir le match.»

«Comme tout le monde, j’ai été surpris de le voir se retirer par la suite.»

Il était en train de changer ses bandeaux aux poignets lorsqu’il a vu apparaître Raonic devant lui.

«J’étais sur le point de me lever pour reprendre le match. Puis, je l’ai vu arriver devant moi. J’étais surpris de le voir.»

À la sauce Raonic

Auger-Aliassime a connu un autre départ canon. Il a pris le contrôle du match dès les premiers échanges. Grâce à son puissant service, il a été en mesure de faire courir Raonic dans toutes les directions durant les premiers points.

Une stratégie avec lequel le puissant serveur n’a jamais été confortable. Frapper en mouvement n’a jamais été sa plus grande qualité. Le jeune Québécois le savait et il en a profité à outrance.

«En général, j’ai très bien servi, a confirmé Auger-Aliassime. Même le jeu où j’ai été brisé à la deuxième manche, il m’a mis de la pression et ça s’est joué à peu de choses.»

«Je peux être satisfait de plusieurs choses dans mon jeu. Au premier set, j’ai bien retourné et j’étais en mesure de dicter les points. Il y a beaucoup de choses qui vont dans la bonne direction. Si je continue dans la même veine, je vais me donner des chances de gagner à nouveau.»

Khachanov pour sa fête

Auger-Aliassime célèbrera son 19e anniversaire de naissance aujourd’hui. La même journée qu’un certain Roger Federer. Pour sa fête, il aura tout un cadeau: un affrontement contre la sixième tête de série, le Russe Karen Khachanov.

«Toute la semaine, je n’ai pas pensé à mon anniversaire du tout, a expliqué l’athlète de l’Ancienne-Lorette. Ce n’est pas ma priorité en ce moment et je vais faire comme d’habitude que ce soit mon anniversaire ou pas.»

«Ça serait un beau cadeau de m’offrir un quart de finale à Montréal. Lorsque j’étais enfant, je me souviens qu’il y avait eu un gâteau pour Federer sur le terrain. Je me disais que ça serait cool un jour d’avoir un gâteau et de jouer sur le central le jour de ma fête.»

Revenons aux choses sérieuses. Khachanov représente un gros défi pour le Québécois et celui-ci en est bien conscient.

«Il sait comment gagner et il sert très bien, a analysé Auger-Aliassime. On voit que, de nos jours, les joueurs servent presque tous très bien. Ça sera à nouveau compliqué.»

«Encore une fois, je vais devoir m’imposer. Je ne peux pas lui donner le temps ou l’espace pour s’installer. Je dois prendre le contrôle des échanges et lui mettre la pression dès mes premières frappes au service et au retour.»