Penguins vs Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Phil Kessel, l’ingrédient qui manquait chez les Coyotes?

Publié | Mis à jour

Acquis des Penguins de Pittsburgh cet été, l’attaquant Phil Kessel a le potentiel requis pour permettre aux Coyotes de l’Arizona de lutter pour l’obtention de la coupe Stanley. C’est du moins l’opinion de son nouveau coéquipier Derek Stepan.

La transaction amenant Kessel à Glendale et envoyant notamment le joueur d’avant Alex Galchenyuk en Pennsylvanie le 29 juin a réjoui Stepan. Ce dernier estime que son équipe a mis la main sur un athlète extrêmement talentueux qui aidera la formation de l’Ouest américain à grimper les échelons au classement.

«Avoir un gars comme lui, c’est immense, a-t-il déclaré au site NHL.com. La direction et le personnel d’entraîneurs de notre club pousse le bateau dans la bonne direction et notre objectif est de batailler pour la coupe cette saison.»

Aussi, l’offensive des Coyotes aura davantage de dents, espère Stepan. L’Arizona a touché la cible 209 fois en 2018-2019, soit le troisième plus faible total de la Ligue nationale (LNH).

«Nous avons eu le gars qu’il nous fallait; on avait besoin de marqueurs. Or, je ne sais pas s’il y a un franc-tireur élite plus fiable que Kessel présentement dans la LNH. Quand vous ajouter un tel élément, c’est vraiment un atout pour votre organisation.»

La santé, un impondérable à ne pas négliger

L’arrivée de Kessel pourrait faire du bien à une équipe peu habituée aux succès collectifs, mais encore faut-il que tout le monde reste en santé. L’an dernier, les Coyotes ont manqué 380 hommes-matchs à cause des blessures, ce qui fut l’une des raisons de leur exclusion des séries.

«L’année prochaine sera ma 10e dans le circuit et je n’ai jamais rien vécu comme ce qui s’est passé lors de la dernière campagne. Malgré tout, nous étions dans la lutte et chacun devait hausser son niveau de jeu pour combler les absences. Les gars qui étaient là doivent encore améliorer leur performance et produire plus, mais j’aime notre éthique de travail. J’apprécie l’état d’esprit de notre groupe.»

«Depuis que j’évolue en Arizona, on a toujours tenté d’aller de l’avant en ajoutant une pièce à la fois chaque année. Je pense qu’on a su développer l’identité souhaitée par [le directeur général] John Chayka et [l’entraîneur-chef] Rick Tocchet. Ils veulent que tous se dirigent sur la même voie et une fois que les nouveaux se retrouveront sur la même longueur d’onde que les autres, nous serons capables de réussir.»