Crédit : Troy Babbitt-USA TODAY Sports

Impact

Le meilleur, puis le pire

Publié | Mis à jour

DENVER - Quand on regarde le revers de 6 à 3 subi par l’Impact contre les Rapids du Colorado, pire équipe de la Major League Soccer (MLS), il y a de quoi se gratter la tête.

Cette performance insuffisante contraste tellement avec la victoire de 4 à 0 contre l’Union de Philadelphie, une semaine plus tôt, que ça en est déroutant.

«Nous devons progresser de façon durable, a insisté Daniel Lovitz après la rencontre. La grande variation entre nos deux derniers matchs est pour le moins déstabilisante.»

«On ne devrait pas varier tant que ça d’un match à l’autre. On ne peut pas trouver une solution qui va nous faire avancer vers le prochain match, ça doit être durable.»

L’Impact a la fâcheuse tendance à être bon contre les bonnes formations et à piquer du nez contre celles qui sont derrière lui ou tout près de lui au classement.

On peut d’ailleurs dire bonjour au Colorado, à Cincinnati et à Columbus, trois équipes de fond de classement qui ont battu le Bleu-Blanc-Noir.

Dur à accepter

Rémi Garde faisait le même constat que son défenseur et, pour lui, la pilule est dure à avaler.

«On doit gagner en constance. C’est quand même dur à accepter de gagner 4 à 0 la semaine dernière à domicile et, cette semaine, de montrer un tout autre visage ; c’est à l’image de notre saison.»

«Il faut qu’on soit plus réguliers, plus solidaires, plus forts et qu’on ait plus l’envie de se bagarrer les uns pour les autres quand les choses vont moins bien sur le terrain.»

Si on lit entre les lignes, Garde voit une équipe qui est fragile mentalement et qui doit gagner en confiance.

«On avait mieux à faire, on s’est montrés trop fragiles dans les moments difficiles.»

«C’est la caractéristique de l’équipe jusqu’à maintenant. On a une bonne cohésion quand les choses tournent bien et quand ça va un peu moins bien, on doit faire mieux à ce niveau-là.»

Du mouvement ?

La fenêtre de transfert estivale se referme ce mercredi et il faut se questionner sur ce que fera l’Impact au cours des 48 prochaines heures.

Rappelons que des rumeurs persistantes en provenance d’Italie et d’Espagne indiquent que l’attaquant espagnol de

28 ans, Bojan Krkic, aurait signé une entente de deux ans avec le Bleu-blanc-noir.

Si la nouvelle se confirme, son arrivée pourrait aussi sonner le départ d’au moins un joueur, histoire de faire un peu de place sous le plafond salarial.

L’Impact est coincé sur le plan financier, mais ne peut laisser passer une telle occasion même si Krkic représente un pari puisqu’il a été très effacé dans les dernières années malgré tout le talent qui lui sort par les oreilles.

Le sort de Browne

Le cas d’Omar Browne est intrigant. Le Panaméen n’a pas rejoué depuis qu’il a été la cible d’une sainte colère de Rémi Garde.

Le milieu de terrain a raté le match retour contre York en Championnat canadien en raison de douleurs au pubis. Il n’était pas non plus dans l’alignement contre Philadelphie la semaine dernière et a été rayé de la formation de 18 joueurs contre le Colorado même s’il a fait le voyage à Denver.

Browne, qui a tendance à jouer pour lui-même plutôt que pour le bien collectif, semble éprouver de la difficulté à entrer dans le moule tactique de son entraîneur.

C’est à se demander si la patience de Garde a déjà atteint sa limite dans le cas du joueur de 25 ans, qui est un prêt du C.A. Independiente La Chorrera jusqu’à la fin de la saison. L’Impact détient une option d’achat, mais si les choses ne changent pas, il est peu probable que cette option soit exercée.

Comme la fenêtre de transfert se referme dans deux jours, il pourrait tout aussi bien rentrer en Amérique centrale si Garde estime qu’il ne peut pas travailler avec lui.

Et Jackson ?

On peut aussi se poser des questions sur ce qui attend Anthony Jackson-Hamel.

Samedi, Rémi Garde a remplacé Nacho Piatti par Ken Krolicki en seconde demie alors que son équipe tirait de l’arrière

4 à 2. Il faut toutefois dire que le milieu prenait l’eau et qu’il fallait sceller le jeu défensif.

Par ailleurs, Garde a assuré que Piatti a été retiré du match pour lui donner du repos et non parce que son genou recommençait à faire des siennes.