MLS

Il y a 20 ans, Don Garber devenait le commissaire de la MLS

Publié | Mis à jour

Le commissaire de la MLS, Don Garber, a célébré hier ses 20 ans à la tête de la ligue.

L’homme de 61 ans, qui travaillait précédemment pour la NFL en Europe, a évidemment beaucoup fait pour le soccer en Amérique du Nord au cours des deux dernières décennies.

La MLS ne comptait que 12 équipes lorsque Garber en est devenu le premier commissaire le 4 août 1999, après avoir été approché par Robert et Jonathan Kraft, propriétaires du Revolution de la Nouvelle-Angleterre.

La ligue compte aujourd’hui deux fois plus d’équipes, et ce total passera à 27 au cours des prochaines années. Et il y en aura d’autres par la suite : la MLS serait en pourparlers avec un groupe de St. Louis pour s’implanter aussi là-bas.

Mais à son arrivée, le futur n’apparaissait pas très rose pour cette ligue (et ce sport) en constante quête de crédibilité en Amérique du Nord. Plusieurs se demandaient si la ligue n’allait pas finir par s’effondrer comme l’avait fait la NASL quelques années plus tôt.

Même si Garber avait une bonne réputation, plusieurs se demandaient ce qu’il allait faire là.

Même lui, après sa première conférence de presse, se demandait finalement dans quoi il s’était embarqué.

Le tournant Beckham

Mais maintenant, la ligue compte une variété de propriétaires de clubs (en 2003, trois propriétaires possédaient 10 clubs) et la majorité d’entre eux évoluent dans des stades dédiés au soccer, ce qui était impensable il y a 20 ans.

La plupart des équipes attirent de bonnes foules et aucun marché n’est véritablement moribond. La création du système de joueurs désignés a attiré de grandes stars du soccer aux États-Unis.

La plus importante d’entre elles, l’Anglais David Beckham, a souvent dit que Garber avait largement contribué à sa venue en MLS. Depuis Beckham, la ligue a attiré d’autres pointures mondiales telles que Thierry Henry, Andrea Pirlo, Steven Gerrard, Kaka, Didier Drogba, Wayne Rooney ou Zlatan Ibrahimovic, qui ont tous contribué à faire parler de la MLS à travers le monde.

Bien que critiqué, le système de plafond salarial implanté en MLS a aussi aidé la ligue à croître tranquillement, mais sûrement, en permettant aux clubs d’éviter de dépenser jusqu’à la faillite.

Aujourd’hui, on se retrouve avec une MLS qui offre un niveau de jeu bien meilleur qu’avant et qui est en train de se débarrasser de son ancienne image de ligue où les vedettes vieillissantes vont cueillir un dernier chèque avant la retraite. Maintenant, les clubs produisent un grand nombre de joueurs professionnels de qualité et attirent de plus en plus de jeunes joueurs persuadés que la MLS leur apportera une belle visibilité qui leur permettra ensuite de se joindre aux plus grands championnats du monde.

Et pour l’avenir?

La MLS continuera certainement d’élargir ses cadres et depuis deux ans, elle travaille intensément à établir un partenariat plus serré avec sa voisine du sud, la Liga MX.

Ainsi, la Coupe des ligues a été lancée cette année après la Campeones Cup l’an dernier.

Il y a 20 ans, on se demandait quel était l’avenir du soccer sur le continent et si la MLS était là pour rester.

Maintenant, il ne fait plus de doute que la ligue constitue le cinquième circuit majeur de sport professionnel en Amérique du Nord.

Voyez, en vidéo principale, un hommage à Don Garber par la MLS.