HKO-HKN-SPO-NEW-JERSEY-DEVILS-V-BOSTON-BRUINS

Crédit : AFP

LNH

Les Bruins sans deux défenseurs importants?

Publié | Mis à jour

Le président des Bruins de Boston, Cam Neely, a admis que son équipe pourrait amorcer le prochain camp préparatoire sans les défenseurs Charlie McAvoy et Brandon Carlo, toujours joueurs autonomes avec compensation.

Les hockeyeurs concernés sont impliqués dans des négociations contractuelles qui avancent à pas de tortue. Depuis la fin de leur entente le 1er juillet, il y a eu une légère progression des pourparlers, sans plus. Conséquemment, l’organisation du Massachusetts se prépare à toute éventualité, même si elle ne perd pas espoir de régler ces dossiers d’ici l’ouverture du camp en septembre.

«Nous avons un plan et on sera prêt dans l’éventualité où ils ne se présenteront pas lors de la première journée, a déclaré Neely au réseau NBC Sports, par le biais de propos diffusés sur le site NHL.com. Cependant, il nous reste encore cinq ou six semaines pour en arriver à un résultat. Nous croyons pouvoir conclure un pacte avec ces gars-là à partir de chiffres qui font sens à nos yeux et qui, souhaitons-le, sont également logiques pour eux.»

«J’estime que nous avons accompli un bon travail en termes de gestion de la masse salariale afin de nous assurer d’être en mesure de payer ces joueurs», a-t-il continué.

Des interrogations

Neely croit que McAvoy, auteur de 28 points en 54 rencontres la saison passée, a tout le potentiel requis pour exceller longuement dans la Ligue nationale. Toutefois, peut-il éviter l’infirmerie? Le club de la Nouvelle-Angleterre affiche clairement son scepticisme à ce sujet.

«Vous avez ici un joueur ayant éprouvé des ennuis physiques deux ans d’affilée, et ce, à un jeune âge. Vous vous demandez si ce sera la même histoire ou s’il s’agit uniquement de la malchance. On voit tous que Charlie est capable de faire le boulot. Évidemment, vous aimeriez obtenir un plus grand échantillon. Depuis que le plafond salarial est en vigueur, il y a eu des contrats qui, après trois ans, ne s’étaient pas avérés aussi bons qu’anticipé», a expliqué le dirigeant.

«Charlie a vécu trois années de séries éliminatoires et deux saisons complètes lors desquelles il n’était pas en santé. Bien sûr, plusieurs fois, ce n’était pas de sa faute, mais c’est bon d’avoir un meilleur échantillonnage du savoir-faire d’un joueur pour connaître la direction qu’il emprunte. On voit son arsenal d’habiletés. Certes, on veut que Charlie et Brandon soient des Bruins pour toute leur carrière, mais on doit également prendre les décisions appropriées pour l’organisation.»