SPO-Entrevue avec Alexander Zverev á la Coupe Rogers

Crédit : MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Coupe Rogers 2019

La confiance de Zverev au coeur des discussions

Publié | Mis à jour

Après des saisons 2017 et 2018 très fastes, Alexander Zverev connaît une année remplie de hauts et de bas. L’Allemand aimerait bien se remettre sur le droit chemin avec une bonne performance à la Coupe Rogers.

Le champion 2017 de la Coupe Rogers à Montréal n’a remporté qu’un seul titre en 2019 et ce fut lors d’un tournoi sur terre battue à Genève en mai dernier. Lors des tournois du Grand Chelem, il a obtenu quelques victoires, mais il n’a pas été en mesure de se faufiler dans le carré d’as.

À Wimbledon, il a été éliminé au premier tour par un joueur qui n’était pas classé dans le top 100 mondial. Une performance qui reflétait bien son manque de confiance qu’il affichait avant le début du tournoi. Son retour à Montréal, un endroit où il a connu de bons résultats, était tout indiqué.

«C’est sûr que ça peut aider ta confiance de revenir dans une ville où tu as remporté un tournoi, a indiqué Zverev lors de sa conférence de presse, dimanche. Tu es plus à l’aise. C’est le cas ici.»

«On verra comment les choses vont se dérouler, mais je suis heureux de revenir ici.»

Il a paru agacé lorsqu’une deuxième question sur sa confiance lui a été posée.

«Je suis encore dans la course pour la finale du top 10 et je suis classé cinquième, n’est-ce pas? Parfois, les gens voient le verre à moitié vide et d’autres à moitié plein. C’est vrai que ce n’est pas ma meilleure saison, mais je suis encore dans la course. Les choses ne peuvent que s’améliorer et la situation n’est pas aussi pire que certaines personnes peuvent le penser.»

De bons souvenirs

En 2017, Zverev avait réalisé tout un tour de force. Il avait remporté successivement les tournois de Washington et de Montréal en deux semaines.

En finale, l’athlète de 22 ans était venu à bout de Roger Federer en livrant une performance impressionnante.

«Ce fut une belle semaine. Je me souviens que j’avais sauvé une balle de match lors de mon premier match [contre Richard Gasquet], a-t-il souligné. J’espère que je vais pouvoir répéter la même chose cette semaine.»

«Je me souviens aussi de mon match de demi-finale contre [Denis] Shapovalov. Il y avait beaucoup d’ambiance et la foule était de son côté. J’aimerais que ça arrive à nouveau cette semaine.»

Impasse sur Washington

Zverev a pris une décision surprenante après Wimbledon. Au lieu de participer au tournoi de Washington, où il avait gagné les deux dernières présentations, il a préféré demeurer en Allemagne.

L’athlète de 6 pi et 6 po et 198 lb a plutôt pris part au tournoi de Hambourg sur terre battue où il s’est incliné en demi-finale. Il sait très dans quelle situation se retrouve Félix Auger-Aliassime.

«J’ai senti de la pression, mais l’énergie et l’amour des amateurs de mon pays, a expliqué Zverev. C’est plus de pression. En même temps, tu vis des moments enivrants. J’espère que ce sera la même chose pour Félix.»