SPO-Match de Alexis Galarneau vs Ricardas Berankis

Crédit : MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Coupe Rogers 2020

Expérience inoubliable pour Alexis Galarneau

Publié | Mis à jour

Face à un adversaire en plein contrôle, le Québécois Alexis Galarneau s’est incliné au premier tour des qualifications de la Coupe Rogers, samedi, à Montréal. Il en garde néanmoins d’excellents souvenirs.

«J’aurais aimé un résultat différent, mais c’était une très belle expérience, a réagi Galarneau au terme du duel. Je ne vais jamais oublier ce moment-là.»

Le jeune homme de Laval, qui est âgé de 20 ans, a perdu en deux manches de 6-2 et 6-4 face au Lituanien Ricardas Berankis, classé 78e au monde.

Amorçant l'affrontement au service, Galarneau a rapidement constaté que Berankis n’allait pas lui faire de cadeau devant ses partisans, concédant le bris d’entrée. Les coups du Lituanien étaient aussi puissants que précis dès le début de la rencontre.

Un premier point remporté par le Québécois, au troisième jeu, a inévitablement engendré les applaudissements de la foule locale, où se retrouvaient notamment son père Éric Galarneau, sa mère Chantal Denis, ses frères Max-Olivier et Félix, de même que sa soeur Émilie-Anne.

«J’entendais la famille et les amis m’encourager pendant le match, c’était spécial», a reconnu le jeune athlète qui évolue dans la NCAA, avec l’Université North Carolina.

De nombreux spectateurs, qui avaient d’ailleurs accès gratuitement à l’étage supérieur du court Banque Nationale pour la journée, applaudissaient assidument Galarneau après chaque échange remporté. Le Québécois en était à une première expérience à la Coupe Rogers en sol montréalais.

Il avait également participé aux qualifications, l’an dernier à Toronto, alors battu par le Russe Mikhail Youzhny.

«Disons qu’à Montréal, ça avait une saveur particulière», a-t-il admis.

Un très long point

Incapable de combler l’écart au premier set, le Lavallois a voulu amorcer le deuxième avec une énergie nouvelle. Tenace, Galarneau a fini par s’imposer au service pour obtenir le premier point disputé pendant de longues minutes.

Le Québécois, 388e au classement de l’ATP, s’est même payé un bris au quatrième point de cette seconde manche. Berankis, qui sera à surveiller lors de ces qualifications comptant un total de deux rondes d’ici dimanche, a finalement eu le dessus avec un service efficace et en réalisant un total de quatre bris face à Galarneau.

«J’avais regardé des vidéos de lui avant de le jouer et j’essayais d’éviter son revers, mais il parvenait souvent à bien se déplacer», a analysé brièvement le Québécois.

Le nom de Berankis est peut-être familier pour les amateurs de tennis du Québec. Le Lituanien, qui a déjà occupé le 50e rang mondial en 2016, a notamment remporté le Challenger Banque Nationale de Drummondville, une compétition disputée à l’intérieur, en mars dernier.

Steven Diez passe au tour suivant

Parmi les autres matchs de la première journée des qualifications, l’Ontarien Steven Diez, 204e raquette mondiale, a réussi à vaincre le Kazakh Alexander Bublik en deux manches de 6-4 et 6-4. Bublik était pourtant beaucoup mieux classé, soit 72e au monde.

Il était d’ailleurs la cinquième tête de série des qualifications à Montréal. Au prochain tour de l’étape qualificative, Diez sera confronté à l’Américain Bradley Klahn, détenteur du 93e rang mondial.

Pour conclure la journée des Canadiens, ce samedi à la Coupe Rogers, Filip Peliwo a baissé pavillon en seulement 52 minutes contre l’Australien John Millman. Le natif de Vancouver a perdu en deux manches de 6-1 et 6-0.