SPO-CANADIENS-PERFECTIONNEMENT

Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Canadiens

Francis Bouillon impressionné par Caufield

Publié | Mis à jour

De retour du Michigan, où se poursuit le World Junior Summer Showcase, l’ancien joueur du Canadien Francis Bouillon se dit impressionné par l’attaquant américain Cole Caufield, premier choix du club montréalais lors du plus récent repêchage.

«J’avais hâte de voir notre premier choix, a indiqué Bouillon, qui travaille au sein du développement des espoirs du Tricolore. Cole Caufield est très impliqué sur la patinoire. J’ai beaucoup aimé son coup de patin, c’est un joueur qui se démarque, il a beaucoup d’atouts dans son jeu.»

Rencontré samedi à la Coupe Rogers, à l’occasion d’un match de hockey-balle entre des célébrités et des joueurs de l’ATP, Bouillon se prépare désormais pour le camp des recrues du Canadien qui se tiendra dans quelques semaines.

«Ce sera intéressant de voir nos différents espoirs en action, il y a plusieurs jeunes prometteurs dans l’organisation», a-t-il noté.

Steve Bégin devant le filet

En attendant de reprendre son rôle de mentor auprès des espoirs du CH, Bouillon a par ailleurs pu admirer le talent de son ancien coéquipier Steve Bégin qui, exceptionnellement, occupait la position de gardien de but lors de l’événement de vendredi.

Même s’il a parfois été laissé seul à lui-même par sa défensive, Bégin a tenu le fort pour aider les célébrités à l’emporter par le pointage de 4 à 2.

«J’ai toujours été habitué de voir Steve arrêter des rondelles, même si ce n’était pas comme gardien de but», a blagué Bouillon.

Coup de coude

Parmi les autres faits saillants du match, il y a le reporter Andy Mailly-Pressoir, du réseau TVA Sports, qui a malencontreusement distribué un coup de coude au visage du joueur de tennis autrichien Jürgen Melzer, sans grave conséquence.

«Je me suis retourné et il a penché la tête en même temps, a décrit Mailly-Pressoir. Heureusement, je ne l’ai pas blessé. En plus, on nous avait avertis de faire attention aux joueurs de tennis avant que la partie ne commence.»