Citi Open - Day 3

Crédit : AFP

Coupe Rogers 2020

Félix Auger-Aliassime aime sa nouvelle popularité

Publié | Mis à jour

Félix Auger-Aliassime avoue que sa vie a complètement changé au cours de la dernière année. Surtout depuis quelques mois, où il a rejoint l’élite mondiale du tennis.

Maintenant classé au 22e rang, le jeune prodige québécois, qui célèbrera ses 19 ans jeudi prochain, est actuellement le plus jeune joueur du top 100.

Il a aussi été le premier joueur né dans les années 2000 à voir son nom figurer au classement de l’ATP.

«J’avais l’habitude de faire des choses... normales, a-t-il raconté en entrevue au Journal de Montréal cette semaine à Washington. Mais j’ai dû m’ajuster au fait que je suis plus connu. On me regarde davantage quand je vais au cinéma ou quand je marche dans la rue.»

«C’est une situation nouvelle pour moi, mais, honnêtement, je l’apprécie. Je réalise que les gens s’intéressent à ce que je fais.»

«Ils sont sympathiques et ils m’encouragent à aller encore plus loin. C’est une belle marque d’affection. »

Motivation supplémentaire

Auger-Aliassime sera évidemment l’un des points de mire à la Coupe Rogers dont les premiers matchs du tableau principal seront disputés lundi.

Si son parcours s’est terminé prématurément à Washington lorsqu’il a été éliminé jeudi au troisième tour par le Croate Marin Cilic, il consacrera ses prochains jours à parfaire son entraînement et à revoir certains aspects de jeu qui ont signifié son départ hâtif de la capitale américaine.

La bonne nouvelle pour lui, s’il faut en trouver une, c’est qu’il aura l’occasion de se tremper plus rapidement dans cette ambiance euphorique du Stade IGA où tous les regards seront dirigés vers lui.

Un public conquis d’avance qui aura la chance de l’encourager pour la première fois à Montréal.

«C’est certain qu’on s’attend à de belles performances de ma part, admet-il. Mais cette situation qui ne me dérange pas. Je vois plutôt ça comme une pression positive. C’est un élément supplémentaire de motivation.»

«Oui, c’est à Montréal, poursuit-il, mais c’est un tournoi de tennis comme les autres. Mon but n’a pas changé. Je veux gagner des matchs et me rendre le plus loin possible. Comme j’aurais d’ailleurs voulu le faire cette semaine à Washington.»

Battre les meilleurs

Ce nouveau statut de célébrité n’a toutefois pas modifié son approche du tennis et cette volonté de s’améliorer pour aller se frotter aux meilleurs de la spécialité. De les battre aussi.

Comme il l’a fait en mars dernier quand il a vaincu pour la première fois de sa jeune carrière un joueur du top 10, en l’occurrence le Grec Stefanos Tsitsipas à Indian Wells, en Californie.

Une semaine plus tard, il devenait le plus jeune joueur de l’histoire du tournoi de Miami à atteindre la ronde demi-finale de cette compétition de la catégorie «Masters 1000».

«Oui, dit-il, j’ai connu un bon début de saison. Mais j’ai appris qu’il ne faut jamais lever le pied.»

«Autant dans la victoire que dans la défaite, je dois améliorer toutes les facettes de mon jeu. Mon apprentissage se poursuit.»

On l’a vu à Washington, Auger-Aliassime peut quelquefois faire valoir sa frustration sur un terrain de tennis. Mais, il n’est pas le pire.

C’est surtout en dedans que ça... bouillonne !

«Des fois, il y a des démons dans ma tête qui me disent que je suis capable de faire mieux. Ça m’arrive d’être très exigeant envers moi-même sur le court», souligne-t-il.

Une ascension fulgurante au classement 

En trois ans, Félix Auger-Aliassime est passé du 784e rang mondial au 22e échelon à l’ATP.

8 août 2016: 784e

30 janvier 2017: 563e

20 mars 2017: 374e

19 juin 2017: 231e

11 septembre 2017: 168e

13 août 2018: 120e

25 février 2019: 60e

1er avril 2019: 33e

3 août 2019: 22e

Un concert d'éloges

Les médias se l’arrachent et des adversaires l’encensent.

Félix Auger-Aliassime est sans conteste l’une des nouvelles coqueluches du tennis mondial. Les plus grands médias spécialisés lui ont récemment consacré des reportages flatteurs.

Pour une, la presse européenne n’hésite pas à le décrire comme un champion en devenir. Le quotidien l’Équipe et le site Eurosport ont respectivement titré : «L’autre prodige» et «Le tennis mondial tient-il son futur roi ?»

Des joueurs actifs et d’anciennes légendes du sport ne tarissent pas d’éloges à l’endroit du jeune Québécois qu’ils n’hésitent pas à comparer aux plus grands de la discipline.

«Son attitude sur le court est l’une de ses principales qualités. Ce n’est pas donné à tout le monde de contrôler ses émotions à si bas âge.» – Roger Federer

«Félix est déjà un adversaire redoutable et il sera un grand champion.» – Rafael Nadal

«Il est très mature pour son âge et la qualité de son jeu est remarquable.» – Novak Djokovic

«Félix sera un jour numéro un mondial. Il est ce genre de joueur qui ne vient qu’une fois tous les cinq ans. Il me fait penser à Rafael Nadal ou à Boris Becker.» – John McEnroe

«II est d’un calme exemplaire sur le terrain et il a tout pour réussir.» – Chris Evert

«Il est méticuleux et il agit en vrai professionnel.» – Milos Raonic

«Il fait tout de la bonne façon et il a un bel avenir devant lui.» – Stefanos Tsitsipas

«Il n’a que 18 ans, mais il a la maturité d’un joueur de 35 ans.» – Frances Tiafoe