Crédit : AFP

Tennis

Tout le monde s'arrache Cori Gauff

Publié | Mis à jour

Elle a attiré les foules à ses rencontres de qualification et, bonne nouvelle pour les organisateurs, ses deux victoires du week-end lui ont permis d’accéder au tableau principal du tournoi de tennis de Washington.

Malgré ses 15 ans, Cori Gauff est sans conteste la tête d’affiche dans la capitale américaine, même si ses compatriotes Sloane Stephens (huitième mondiale), Madison Keys (17e) et Sofia Kenin (28e) sont les trois principales favorites du tournoi.

Elle jouit d’une couverture médiatique d’envergure tant à la télé que dans les journaux depuis son arrivée à Washington. Les journalistes se l’arrachent. Nous sommes à même de le constater.

À chacun de ses entraînements, bon nombre d’amateurs patientent de longues minutes à sa sortie du court pour lui soutirer un autographe et se faire photographier en sa compagnie.

Celle qui était un jeune espoir du tennis féminin parmi tant d’autres il y a quelques mois est passée à un autre niveau. Son fulgurant parcours à Wimbledon récemment a fait d’elle une star du tennis.

Tombeuse de Vénus

Gauff a atteint le quatrième tour du tournoi londonien, non sans avoir surpris l’une de ses idoles, Venus Williams, d’entrée de jeu. Ses élans ont toutefois été freinés par la Roumaine Simona Halep qui, quelques jours plus tard, allait être couronnée championne de la compétition.

Ses six victoires, dont trois en qualifications, lui ont valu de quitter l’Angleterre plus riche de 227 000 $ américains.

Gauff reconnaît que son statut a changé du tout au tout depuis sa présence à Wimbledon.

«Oui, je le constate, a-t-elle déclaré. Mais je n’ai pas changé en tant que personne», a dit celle que l’on surnomme Coco et dont les propos ont été rapportés dans le quotidien «Washington Post».

«La meilleure de tous les temps»

Active sur les réseaux sociaux, elle a reçu des félicitations de célébrités, dont l’ancienne première dame des États-Unis, Michelle Obama. Son compte Instagram a littéralement explosé depuis deux mois. De 36 000 abonnés, il est passé à près de 400 000.

«Mes ambitions sont toujours les mêmes, poursuit-elle. Je veux gagner des tournois majeurs, devenir la numéro un mondiale et la meilleure joueuse de tous les temps.»

Rien de moins.

L’association du tennis féminin (WTA) surveille attentivement la progression de ses jeunes talents, surtout à si bas âge, en limitant ses participations à des tournois.

Ce qui ne l’empêche pas de s’entraîner avec vigueur, sous le regard attentif de son père Corey qui veille à ses côtés et la suit pas à pas.

Si elle n’a pas été intégrée au tableau principal à Washington, c’est que son classement (hors du top 300) avant Wimbledon ne le lui permettait pas.

C’est aujourd’hui de l’histoire ancienne. La voilà maintenant installée au 146e à la WTA.