Crédit : AFP

Tennis

Jour de rentrée pour Auger-Aliassime et Raonic à Washington

Publié | Mis à jour

Félix Auger-Aliassime renouera avec la compétition mercredi à l’occasion de sa toute première présence au tournoi ATP 500 de Washington.

Inactif depuis sa défaite subie au bénéfice du Français Ugo Humbert au troisième tour à Wimbledon, le Québécois de 18 ans, 22e raquette mondiale, s’est accordé une semaine de congé avant de reprendre l’entraînement.

«Ça faisait longtemps que je n’avais pas pris une pause aussi longue, a-t-il déclaré. Elle a été profitable pour refaire le plein. Mais là, j’ai hâte de jouer des matchs.»

Auger-Aliassime subira un gros test puisqu’il sera opposé à l’Américain Reilly Opelka, qui a disposé mardi de son compatriote Christopher Eubanks en deux manches de 6-4 et 7-6 (3). Le vainqueur a réussi 10 as contre trois pour son adversaire.

Ce sera aussi jour de rentrée pour le seul autre Canadien toujours en lice, Milos Raonic, qui a été lui aussi exempté du premier tour.

Vedette... montante

Opelka, âgé de 21 ans et classé 43e à l’ATP, est une vedette montante du tennis, quoique physiquement on s’imagine qu’il a fini de... grandir. À 6 pi et 11 po, il a plutôt le gabarit d’un joueur de basketball.

Comme la plupart des joueurs de sa taille, à l’instar d’un autre Américain, John Isner, cet autre géant peut compter sur une arme redoutable : un puissant service.

Ces affrontements entre joueurs aussi imposants sont d’ailleurs marqués par des pointages très serrés qui nécessitent fréquemment des bris d’égalité.

En voici un exemple frappant : Opelka et Isner se sont affrontés à trois reprises cette année. Les dix manches se sont toutes conclues par des pointages de 7-6. Celui qui affrontera Auger-Aliassime a remporté ses trois duels contre son compatriote.

Sept pouces de moins

La semaine dernière, à Atlanta, après avoir livré un marathon de trois longues manches contre Isner deux jours plus tôt, Opelka a rendu les armes en demi-finale contre l’Australien Alex de Minaur. De cette rencontre, on retiendra que les deux premiers sets ont nécessité des bris d’égalité !

Aussi bien dire que la balle va voyager sur le court mercredi. Mais le Québécois n’a pas à se sentir intimidé même s’il concède sept pouces à Opelka.

Rappelons qu’Auger-Aliassime est, à 18 ans, le plus jeune joueur de l’ATP parmi les 100 premiers au classement. Deux autres sont âgés de 19 ans, soit le Serbe Miomir Kecmanovic (61e) et l’Australien Alexei Popyrin (87e).

Le Québécois célébrera ses 19 ans le 8 août (même date d’anniversaire que Roger Federer), alors que la Coupe Rogers battra son plein à Montréal.

Raonic contre un qualifié

Raonic, lui, affrontera Tim Smyczek, qui a dû franchir l’étape des qualifications pour accéder au tableau principal. Au premier tour, lundi, le joueur de 31 ans (281e mondial) a battu l’Autrichien Matthew Ebden en deux manches identiques de 6-4.

Le 20e joueur mondial, comme Auger-Aliassime, n’a pas été revu depuis Wimbledon, où il a subi la défaite en quatrième ronde face à l’Argentin Guido Pella.

Raonic, dont le nom figure dans la même portion de tableau qu’Auger-Aliassime, est le seul participant cette année à avoir remporté le tournoi de Washington. En 2014, il avait vaincu en finale son compatriote Vasek Pospisil. Il s’agit d’ailleurs de son seul titre dans une compétition de l’ATP de niveau 500 ou supérieur.

Sa fiche à Washington est de huit victoires contre deux défaites. Absent en 2018, le Canadien de 28 ans avait été éliminé par l’Américain Jack Sock en quarts de finale il y a deux ans.

«L'étoffe d'un champion»

Reilly Opelka ne tarit pas d’éloges à l’endroit de Félix Auger-Aliassime, qu’il affrontera mercredi au deuxième tour du tournoi de tennis de Washington.

L’Américain format géant (6 pi et 11 po) s’attend à une bataille de tous les instants face au Québécois classé 22e au monde à la WTA.

«Sa récente progression, a dit la 43e raquette mondiale, a été fulgurante. Par son talent et son attitude sur le terrain, Félix a l’étoffe d’un champion. Je devrai tout donner pour espérer la victoire.»

Ce match, le deuxième en après-midi à être présenté sur le court John Harris, devrait s’amorcer vers 15 h. Il sera suivi de la rencontre opposant le Canadien Milos Raonic à l’Américain Tim Smyczek.

Terminé pour Eugenie

Après sa cinglante défaite de 6-1 et 6-2 lundi en simple contre Lauren Davis, Eugenie Bouchard a subi le même sort mardi, en double cette fois, quand le duo qu’elle a formé avec l’Américaine Sofia Kenin s’est incliné en deux manches expéditives de 6-0 et 6-2.

La commande était lourde puisqu’elles affrontaient les troisièmes têtes de série à Washington, la Russe Anna Kalinskaya et la Japonaise Miyu Kato.

Bouchard prend la direction de Toronto pour participer à la Coupe Rogers qui s’amorce lundi. Si son classement actuel (114e à la WTA) ne lui permet pas d’accéder au tableau principal, elle sera la bénéficiaire de l’un des trois laissez-passer accordés par Tennis Canada. Ses deux plus récentes participations au tournoi canadien, à Montréal l’an dernier et dans la Ville reine en 2017, ont des airs de déjà-vu. Elle a en effet subi l’élimination dès le premier tour.

Hécatombe chez les Américaines

La journée de mardi a été éprouvante pour les Américaines, à la grande déception des organisateurs du tournoi de Washington.

Non seulement la première favorite, Sloane Stephens a subi l’élimination (6-2 et 7-5) face à la Suédoise Rebecca Peterson, mais la deuxième tête de série, Madison Keys, a elle aussi été éliminée par sa compatriote Hailey Baptiste (283e mondiale) en deux sets de 7-6 (4) et 6-2.

Qui plus est, la sensation de 15 ans Cori Gauff s’est fait montrer la porte de sortie, vaincue par la Kazakhe Zarina Diyas en deux manches de 6-4 et 6-2. Enfin, une autre favorite de la foule, Shelby Rogers s’est fait sortir par la Française Kristina Mladenovic en deux sets identiques de 6-4.