Crédit : AFP

Tennis

Coupe Rogers de Montréal: les joueurs à surveiller

Publié | Mis à jour

La Coupe Rogers de Montréal sera présentée du 3 au 11 août et les meilleurs joueurs de la planète seront présents au Stade IGA.

Voici une liste des joueurs à surveiller au cours de la compétition, qui sera diffusée à TVA Sports à compter du 5 août.

Le prodige

Si le tournoi montréalais est en mesure de battre son record de 216 097 spectateurs établis en 2017, ce sera en raison du Québécois Félix Auger-Aliassime.

L’athlète, qui aura 19 ans le 8 août prochain, a amorcé l’année à l’extérieur du top 100 mondial. De bonnes performances au Brésil (finale à Rio de Janeiro et quarts de finale à Sao Paulo), à Indian Wells (3e tour), Miami (demi-finales), Lyon (finale), Stuttgart (finale) et Queen’s (demi-finale) ainsi qu’à Wimbledon (3e tour) l’ont propulsé aux portes du top 20.

Le Québécois n’a désormais plus besoin de présentation et figure parmi l’élite du tennis mondial.

Le jeune homme en sera à ses premiers pas à la Coupe Rogers de Montréal puisqu’il n’avait pu participer à l’édition 2017 en raison d’une blessure à un poignet.

Les partisans se déplaceront pour le voir et le jeune homme voudra en mettre plein la vue.

Les grands Le grand

À eux seuls, le Suisse Roger Federer (20), l’Espagnol Rafael Nadal (18) et le Serbe Novak Djokovic (16) comptent 54 victoires lors des tournois majeurs depuis 2003 (67 tournois). Les trois font assurément partie des meilleurs joueurs de tous les temps.

Le «Big Three», malgré la poussée des jeunes, continue d’attirer l’attention par leur domination totale.

Toutefois, le trio ne sera pas entier à Montréal puisque le Suisse Roger Federer a décidé de faire l’impasse sur le tournoi canadien de catégorie Masters, préférant, comme c’est souvent son habitude, participer à celui de Cincinnati, la semaine suivante.

Djokovic, qui a a laissé passablement d’énergie sur le gazon de Wimbledon (tout comme Federer d’ailleurs), a aussi choisi de faire l'impasse. Le numéro 1 mondial préfère se reposer avant d’amorcer sa préparation en vue des Internationaux des États-Unis.

Donc, seul Nadal y sera et fera office de favori de la compétition. Ses matchs seront à ne pas manquer.

TENNIS-GBR-HURLINGHAM
Crédit photo : AFP

Les Canadiens

Outre Auger-Aliassime, plusieurs autres représentants unifoliés fouleront les terrains à Montréal.

Tout d’abord, Milos Raonic, finaliste en 2013 et 20e joueur mondial, est assuré d'avoir sa place dans le tableau principal.

Puis, il y a Denis Shapovalov, 20 ans et 31e au monde, qui avait vaincu Rafael Nadal à Montréal, en 2017. Sa performance d'anthologie a marqué la foule à jamais.

Et bien sûr, l'organisation du terrain a accordé plusieurs laissez-passer aux autres joueurs unifoliés. Brayden Schnur, qui est 99e au monde, ainsi que Vasek Pospisil, qui revient d'une blessure au dos, accèderont directement au tableau principal, tout comme Peter Polansky

La jeune génération

La «Next Gen» attire l’attention depuis plusieurs années. Les Alexander Zverev, Stefanos Tsitsipas, Borna Coric, Taylor Fritz, Alex De Minaur et compagnie (dont font partie Auger-Aliassime et Shapovalov) font beaucoup de vagues, mais ne sont toujours pas parvenus à briser la domination des vétérans.

Zverev est membre du top 10 depuis deux ans sans interruption. Les experts s’entendaient pour dire que ce serait le jeune Allemand qui briserait la domination du «Big Three». Cependant, Zverev n’a jamais, jusqu’à présent, été en mesure de concurrencer Federer, Nadal et Djokovic en tournois majeurs, son meilleur résultat étant des quarts de finale à Roland-Garros en 2018 et 2019. Le jeune homme de 22 ans compte toutefois trois victoires lors de tournois de catégorie Masters (Rome 2017, Montréal 2017 et Madrid 2018). Il est le dernier joueur de l’ATP à avoir triomphé à Montréal; il avait vaincu Roger Federer en finale en 2017.

Mais l’Allemand éprouve des difficultés. Zverev, cinquième au monde, se cherche depuis quelque temps. Ses problèmes à l’extérieur du terrain ont eu des répercussions énormes sur ses performances. L’Allemand, qui vient de se séparer de son entraîneur Ivan Lendl, a même été éliminé au premier tour de Wimbledon, récemment.

Crédit photo : AFP

Tsitsipas, sixième joueur mondial, a atteint les demi-finales des Internationaux d’Australie, en début d’année (Rafael Nadal), en plus d’atteindre la finale du tournoi de catégorie Masters de Madrid (Novak Djokovic). Il s’était faufilé jusqu’en finale de la Coupe Rogers de Toronto en 2018 (Rafael Nadal). Le Grec est rempli de talent et de promesses.

Le revenant

Le Britannique Andy Murray a annoncé sa retraite aux Internationaux d'Australie en raison d'une blessure à une hanche.

Depuis, celui qui a remporté trois tournois majeurs a subi avec succès une deuxième opération chirurgicale. Murray est revenu au jeu en double au tournoi de Queen's à Londres. Il a ensuite pris part au tournoi de Eastbourne et de Wimbledon, toujours en double.

À Monréal, Murray a annoncé qu'il prendrait part à la compétition par équipe avec l'Espagnol Felicano Lopez. Il espère disputer un premier match en simple depuis janvier à Cincinnati, la semaine suivante.

Le «bad boy»

Partout où il passe, l’Australien Nick Kyrgios déplace beaucoup d’air.

Simplement en 2019, Kyrgios a eu maille à partir avec Rafael Nadal à Acapulco en février, a explosé à Rome, en mai, en lançant une chaise sur le terrain et s’est insurgé contre les officiels à Queen’s, en juin.

Kyrgios a également déjà été le centre de l’attention à Montréal en 2015, alors qu’il s’en était pris personnellement à Stan Wawrinka.

Lorsqu’il est dans un bon état d’esprit, l’Australien est l’un des joueurs les plus dangereux sur un terrain de tennis; le talent lui sort par les oreilles.

Spectacle garanti, mais yeux et oreilles sensibles, prenez garde.

Le «show man»

Parmi la pléiade de joueurs sur le circuit professionnel, il n’y a pas meilleur «show man» que Gaël Monfils.

Le Français est sans l’ombre d’un doute le joueur le plus athlétique de l’ATP et les prouesses physiques sont légion lorsqu’il foule le terrain.

Il est le meilleur Français au classement de l’ATP, figurant à l’intérieur du top 20.

Ses matchs sont à regarder, absolument. On ne sait jamais quand il peut sortir un lapin de son chapeau!

Les géants

Vous aimez les as? Alors, vous devrez aller voir les géants à l’œuvre.

Le Sud-Africain Kevin Anderson (6 pi 8 po) ainsi que les Américains John Isner (6 pi 10) et Reilly Opelka (6 pi 11 po) sont parmi les joueurs qui sont reconnus pour claquer le plus d’as par match. Et c’est toujours impressionnant.

Mais si vous voulez voir une avalanche d’as, il y en a peu qui en claquent plus que le Canadien Milos Raonic.

Les autres

Même s’ils n’ont pas le même pouvoir attractif que les Federer, Nadal et Djokovic, plusieurs autres joueurs du top 10 mondial devraient en mettre plein la vue aux amateurs de tennis.

L’Autrichien Dominic Thiem, récent finaliste de Roland-Garros, le Japonais Kei Nishikori, les Russes Karen Khachanov et Daniil Medvedev, l’Italien Fabio Fognini, toujours très divertissant sur un terrain de tennis, sans oublier le Suisse Stan Wawrinka, devraient tous être présents à Montréal.

Absents de marque: Novak Djokovic (1er), Roger Federer (3e), Juan Martin del Potro (13e), Frances Tiafoe (40e)