SPO-HKO-HKN-MINNESOTA-WILD-V-COLORADO-AVALANCHE

Crédit : AFP

LNH

Un changement d'air pour Parise cet été?

Publié | Mis à jour

Étant écarté des séries éliminatoires lors de la dernière saison, le Wild s’est départi de quelques éléments en 2019, et Zach Parise pourrait être le prochain.

Le directeur général Paul Fenton aurait en effet sondé l’intérêt de quelques équipes pour son joueur-vedette au repêchage et lors des semaines suivantes, selon ce qu’a rapporté le site The Athletic.

Parise, qui a accepté un pacte de 13 ans et 98 millions $ identique à celui de Ryan Suter avec le Wild en juillet 2012, croyait se joindre à une équipe qui pouvait aspirer à la coupe Stanley. Les choses ne se sont toutefois pas passées comme prévu, et à 35 ans, l’attaquant commence à manquer de temps pour réaliser son rêve.

Parise, originaire de Minneapolis, aimerait gagner avec le Wild. Mais si ce n’est pas possible, il est ouvert à tenter sa chance ailleurs.

«Je crois que je veux gagner. Je veux gagner ici, et j’aime tout ce qui se passe ici à l’extérieur de la patinoire. Nous avons tellement d’amis à l’extérieur du hockey. C’est génial. Mais tu en viens à un moment où tu veux gagner. C’est tout ce que tu veux. Croyez-moi, nous aimerions gagner ici. Alors je ne sais pas.»

«Disons les choses comme cela: on ne m’a pas demandé si je voulais être échangé.»

Pas de reconstruction

Parise a toutefois été limpide: il est bien au fait qu’il vieillit et qu’il ne lui reste que quelques bonnes années de hockey devant lui.

«J’imagine qu’à mon âge, et au point où j’en suis dans ma carrière, tu ne veux pas passer par un processus de reconstruction.»

Parise a d’ailleurs vu certaines équipes qui lui ont offert des propositions de contrat en 2012 se rendre en finale de la Coupe Stanley, soit les Penguins de Pittsburgh, les Blackhawks de Chicago, les Kings de Los Angeles, les Capitals de Washington et les Bruins de Boston.

S’il avoue que la situation a été frustrante, il assure qu’il ne regrette pas son choix.

«Cette partie est affreuse, a-t-il admis. Ça me fait réfléchir. Comme, "eh, j'ai eu cette offre de cette équipe, cette équipe, cette équipe". Mais après avoir signé ici, j'ai tout aimé hors de la patinoire, nous avons eu de très bonnes équipes et, comme je l'ai dit, je n'échangerais jamais ce temps que j'ai passé avec mon père.»

«Seulement pour cette raison, je ne regretterai jamais ma décision.»