Crédit : JIM YOUNG / AFP Services / AGENCE QMI

NFL

NFL: bon départ pour Mathieu Betts

Publié | Mis à jour

Au cœur du petit campus de l’Université Olivet Nazarene, à Bourbonnais, un nouveau visage portant le numéro 92 est parmi les premiers joueurs à sauter sur le terrain.

Durant ce premier entraînement avec toute l’équipe, il parvient à quelques reprises à imposer sa vitesse et à tourner le coin aux dépens du vétéran bloqueur Bobby Massie, pour appliquer la pression sur Mitchell Trubisky. C’est un départ pour Mathieu Betts avec les Bears de Chicago.

L’ancien du Rouge et Or de l’Université Laval a débuté son camp d’entraînement lundi avec les recrues, mais pour la première fois hier, tous les joueurs renouaient avec l’action. Six semaines éreintantes de préparation, du matin au soir, en vue de la saison sont donc amorcées pour une équipe qui aspire aux grands honneurs. Rien de moins, après une campagne de 12-4 et un championnat de division.

Pour l’heure, Betts se dit «définitivement satisfait» de ses premiers pas estivaux, mais garde en tête les enseignements de son alma mater pour rester bien ancré sur terre.

«Je vais me servir d’une citation de coach Glen (Constantin). Comme n’importe quelle pratique, tu fais de bons jeux et de mauvais jeux, mais ce n’est jamais aussi bon ou aussi mauvais que ce que tu peux penser. Il nous répétait souvent ça, et c’est totalement vrai», a-t-il lancé au représentant du «Journal» à sa sortie du terrain.

Pas de rouille

Vrai que dans ce premier entraînement complet de l’équipe, Betts a parfois démontré l’explosion unique qui a terrorisé tant de joueurs de ligne offensive et de quarts-arrières canadiens pendant quatre ans. À d’autres reprises, Massie, le bloqueur à droite partant des Bears qui a signé cet hiver une riche prolongation de contrat de quatre ans pour 30,8 millions, a neutralisé le jeune apprenti. Une situation on ne peut plus normale.

«C’est ça l’objectif, de s’améliorer en jouant contre des joueurs comme Bobby. C’est le mot d’ordre pour moi pour le reste du camp d’entraînement de progresser peu à peu chaque jour pour me faire une place dans l’équipe.

«Ça a bien été dans l’ensemble, mais j’ai hâte de décortiquer la vidéo en soirée. C’était ma quatrième pratique puisque je suis une recrue, donc je ne me sentais pas rouillé. C’était le fun que tout le monde revienne. On a tous hâte de commencer demain [aujourd’hui] avec les pads pour vrai», a-t-il signalé.

Les joueurs enfileront en effet l’équipement complet aujourd’hui et l’intensité, comme le mercure prévu de 30 degrés Celsius, risque de monter.

Unités spéciales

En plus de se frotter à l’attaque, Betts a également pris des répétitions sur les unités spéciales, dans les tranchées, sur l’équipe de retour de dégagement.

«Pour l’instant, je suis sur chaque équipe des unités spéciales. Mon but est d’aider, peu importe la façon dont je peux. Pour moi, c’est une manière d’aller gratter le plus de temps de jeu possible durant les matchs pré-saison pour montrer que je peux faire ma place», a-t-il dit.

Que ce soit en défensive ou sur les unités spéciales, Mathieu Betts est conscient que chaque détail compte et que le boulot ne fait que commencer. La tâche titanesque devant lui ne l’effraie pas.

«Je suis définitivement une coche au-dessus de ce que j’étais quand je me suis pointé au mini-camp des recrues en mai. Je revois des choses que j’ai déjà vues. Au niveau technique, il y a toujours place à amélioration, mais je sais où je m’en vais et je travaille plus sur le perfectionnement que l’apprentissage», a-t-il spécifié.

Betts vivra une autre première avec les Bears aujourd’hui, puisque l’équipe tiendra une séance d’entraînement devant public qui s’annonce courue.