Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Phil Kessel veut devenir un mentor

Publié | Mis à jour

Avec les Coyotes de l’Arizona, Phil Kessel héritera d'un rôle qu’il n’a jamais vraiment eu à remplir par le passé: celui de meneur au sein d’une jeune formation.

Ayant remporté la coupe Stanley deux fois avec les Penguins de Pittsburgh, Kessel pouvait auparavant se limiter à remplir le filet. Après tout, Sidney Crosby, Marc-André Fleury, Kristopher Letang ou même Evgeni Malkin étaient présents pour s’acquitter de cette tâche de meneur.

Mais dans le désert de l’Arizona, Kessel, acquis des Penguins en retour de l’ancien du Canadien de Montréal Alex Galchenyuk et du défenseur québécois Pierre-Olivier Joseph, joindra les rangs de l’équipe qui montrait la plus basse moyenne d’âge de la Ligue nationale de hockey (LNH) en octobre dernier, à 26,8 ans.

«Je suis impatient d’y arriver, a dit Kessel au site officiel de la LNH. Je n'ai pas vraiment eu [ce rôle] dans ma carrière. Je pense que ça va être génial. Je vais faire tout ce que je peux pour aider ces gars à gagner et les aider à s'améliorer. [Si] les jeunes gars ont des questions ou qu’ils veulent parler, je suis là. Je vais essayer de rendre notre équipe meilleure et [les jeunes] meilleurs.»

«Je ne suis pas un gars qui fait des discours, je veux juste être un bon gars», a-t-il toutefois avancé.

Avec deux bagues de la coupe Stanley, trois participations au match des étoiles de la LNH et deux aux Jeux olympiques avec la formation américaine, il ne fait aucun doute qu’il possède l’expérience pour aider un club à grandir.

L’entraîneur-chef Rick Tocchet connaît bien la feuille de route de son nouvel attaquant, puisqu’ils ont travaillé ensemble pendant quelques années à Pittsburgh. Il a rapidement discuté avec Kessel sur sa situation au sein des Coyotes et il estime qu’il devra assumer le leadership du club avec le Québécois Jason Demers et ses coéquipiers Oliver Ekman-Larsson, Derek Stepan et Brad Richardson.

«Il va accepter le rôle d’essayer d’aider les jeunes, a dit Tocchet. C’est un leadership plus large que Phil doit assumer ici parce que c'est une dynamique différente.»

«Mais je veux toujours qu'il soit ce qu'il est. Je ne veux pas qu'il vienne ici avec un marteau et qu’il dise: "Je vais diriger ces gars." J'ai juste besoin qu’il ait une influence apaisante, parce que je pense qu'il a de bonnes connaissances en hockey qui peuvent aider les jeunes.»

Bien entendu, Kessel sera avant tout un atout important offensivement. Après tout, avec une récolte de 47 points, Clayton Keller a été le meilleur pointeur des Coyotes lors de la dernière saison, pendant que Kessel en cumulait 82.

«Tout le monde est un leader à sa façon, et Phil peut montrer aux jeunes [...] comment créer de l’attaque», a d’ailleurs fait valoir le directeur général John Chayka.

Les Coyotes ayant raté les séries éliminatoires par quatre petits points en 2018-2019, l’ajout de Kessel pourrait faire la différence, s’il peut prendre les choses en main.