Canadiens

Le CH «près des séries», selon Ben Chiarot

Benoît Rioux / Agence QMI

Publié | Mis à jour

En fouillant un peu dans le passé du joueur, il semble que Ben Chiarot était prédestiné à s'associer aux Canadiens de Montréal.

Le défenseur ontarien n’avait que 9 ans lorsqu’il a mis les pieds au Centre Bell pour une première fois avec son équipe de hockey mineur. Avant un match entre le Tricolore et les Rangers de New York en soirée, il avait assisté en compagnie de ses coéquipiers à l’entraînement matinal au cours duquel Sheldon Souray l’avait particulièrement impressionné avec ses puissants tirs.

«C’est un vieux souvenir que j’ai de Montréal, je goûtais pour la première fois à ce que ressemblait la Ligue nationale», a rappelé Chiarot, vendredi, lors de son premier bain médiatique dans l’uniforme du Tricolore au Complexe sportif Bell de Brossard.

Durant sa jeunesse, il venait donc dans la métropole annuellement pour disputer un tournoi de hockey. Puis, en 2009, Chiarot était à nouveau à Montréal pour le repêchage quand les Thrashers d’Atlanta ont appelé son nom en quatrième ronde. Pendant ce séjour, l’athlète de 28 ans se souvient d’avoir alors visité la ville avec sa copine, dont le Vieux-Port qu’il avait trouvé magnifique.

Rien de négatif

Au moment de choisir sa prochaine équipe, au début du mois de juillet, l’ancien des Jets de Winnipeg a profité de son statut de joueur autonome pour accepter l’offre du Canadien, un contrat de trois ans et 10, 5 millions $. Il n’a pas eu besoin de se faire tirer l’oreille par son ancien coéquipier Joel Armia.

«Il n’y a pas vraiment de vente qui a dû être faite de la part de qui que ce soit, a indiqué Chiarot, en contemplant le vestiaire. Quand tu as la chance de jouer pour le Canadien de Montréal, c’est très spécial.

«Chaque joueur peut avoir ses raisons de ne pas vouloir venir ici, mais pour moi, c’est une ville fantastique, un endroit qui adore le hockey et cette équipe est tout près de faire les séries, a-t-il continué, réfutant la suggestion d’un collègue anglophone qui laissait entendre qu’il aurait pu prendre une autre décision pour une question d’impôt ou en raison de la présence d’une langue différente. Il n’y a rien eu de négatif qui m’est venu en tête pour me dire que je ne viendrais pas à Montréal.»

Jouer un rôle plus important

Chiarot souhaite non seulement revêtir l’uniforme du Canadien, mais il compte jouer un rôle important avec sa nouvelle équipe. Selon lui, l’occasion est là.

«Quand tu es nouveau dans une équipe, il n’y a rien qui te sera donné, a-t-il toutefois noté. Tu dois mériter tes opportunités et ton temps d’utilisation.

«Nous avions une bonne brigade défensive à Winnipeg, a ensuite élaboré Chiarot. On peut voir les gars qui ont quitté. Il y a Jacob Trouba qui risque d’être le défenseur numéro un avec les Rangers et Tyler Myers devrait jouer sur l’une des deux premières paires à Vancouver. Il y avait une bonne profondeur et j’essayais de saisir toutes les opportunités. J’ai été un peu plus utilisé, la saison dernière, en jouant en désavantage numérique, mais je suis prêt à jouer un plus grand rôle. D’avoir cette opportunité à Montréal est quelque chose qui m’a interpellé et c’est une grosse raison expliquant que j’ai choisi de venir ici.»

Encore en progression?

Chiarot croit qu'il peut encore progresser dans les prochaines années, peu importe s’il sera appelé à évoluer avec Shea Weber ou encore Jeff Petry.

«Je sens que je peux encore me développer et j’ai définitivement plus à offrir comparativement à ce que j’ai déjà démontré», a avancé celui qui a connu sa meilleure production offensive, la saison dernière, avec 20 points en 78 matchs.

«J’adore la pression qui vient avec cet endroit où il faut performer à chaque match. Il n’y a rien comme jouer au Centre Bell un samedi soir, a également affirmé le défenseur. C’est la plus belle atmosphère dans la ligue. D’avoir l’opportunité de faire ça semaine après semaine, c’est quelque chose qui m’excite.»