Impact

Lappalainen se compare à une... Fiat!

Publié | Mis à jour

C’est maintenant officiel, le jeune ailier finlandais Lassi Lappalainen fait désormais partie de l’Impact. Le club en a fait l’annoncer jeudi matin.

L’ailier gauche de 20 ans est prêté par le FC Bologne jusqu’au 31 décembre et l’Impact détient des options de prolongation du prêt jusqu’au 20 juin 2020, et ensuite jusqu’au 31 décembre 2020.

Lappalainen a récemment été acquis du HJK Helsinki, dont il a été le meilleur buteur en 2019 avec six filets. Il a marqué trois buts en saison régulière, deux en Ligue des champions de l’UEFA et un autre en Coupe de Finlande.

Lappalainen, qui a également disputé cinq matchs avec la sélection finlandaise, a fait ses débuts professionnels à 17 ans, en 2016. Il n’est pas petit avec un gabarit de 6 pieds et 175 livres.

Tremplin

Le jeune homme voit évidemment son passage au sein de l’Impact comme un tremplin vers Bologne et la Série A italienne.

«Je suis prêt à travailler, a-t-il assuré en point de presse jeudi midi. C’est positif pour moi, le saut n’est pas trop grand avec la Finlande, comme si j’étais passé directement à la Série A.»

«Je veux bien faire ici pendant un an ou un an et demi et ensuite retourner à Bologne.»

Rémi Garde semble bien aimer sa nouvelle recrue et a loué son sérieux. En effet, sous un vernis de timidité, Lappalainen semble sérieux comme un adulte malgré ses 20 ans.

«Il y a une maturité dans son jeu qui est intéressante, il est intelligent.»

Entrée rapide

Maintenant qu’il est membre à part entière de l’Impact, Lappalainen risque de voir de l’action rapidement, peut-être même aussi tôt que samedi contre l’Union de Philadelphie.

«Ce qui est intéressant, c’est qu’il est en pleine saison, il est prêt à jouer. Pour les automatismes et la compréhension de ce qu’on essaie de faire, ça prendra un peu de temps», a expliqué Garde.

Lappalainen évolue à l’aile gauche, position privilégiée par Ignacio Piatti. Garde a indiqué que c’est pour cela qu’il a essayé de faire jouer Piatti en milieu de terrain plutôt que dans le couloir gauche contre York, mercredi soir.

Quant au principal intéressé, il ira où on aura besoin de lui.

«Je préfère jouer à gauche, mais je peux aussi jouer à droite, ce n’est pas un problème.»

Une Ferrari

Lappalainen se décrit comme un joueur qui aime faire progresser le jeu vers l’avant. C’est une bonne nouvelle puisque l’Impact a trop souvent tendance à renvoyer le ballon vers l’arrière quand les portes se ferment.

Même s’il est timide, le jeune homme a montré qu’il ne manque pas d’humour.

Quand on lui a souligné qu’un de ses coéquipiers l’avait comparé à une Ferrari en raison de sa grande vitesse, il a modéré les attentes.

«Je suis rapide, mais pas comme une Ferrari. Je dirais plus une Fiat», a-t-il lancé dans ce qui était un clin d’œil évident à la déclaration de Zlatan Ibrahimovic, qui a dit être une Ferrari parmi des Fiat en MLS la semaine passée.

Grand frère

Lappalainen a l’avantage de compter sur un compatriote chez l’Impact avec la présence de Jukka Raitala.

«C’est un très bon gars, il m’aide beaucoup, ça fait du bien qu’il y ait un autre Finlandais», a-t-il noté.

«Jukka l’a pris en main et il n’a pas beaucoup de marge d’erreur, on est presque obligés de détendre la bride», s’est amusé Garde.

«Je plaisante, mais c’est bien d’avoir une sorte de grand frère qui, sur le plan de l’éthique, est à prendre en exemple.»

Raitala a expliqué qu’il se revoit un peu dans son jeune compatriote.

«J’avais 20 ans quand j’ai quitté la Finlande. Pour lui, partir à l’autre bout du monde, c’est un gros changement, alors je vais être là pour lui.»