Crédit : MARC-ANDRÉ BEAUDIN/AGENCE QMI

NFL

Antony Auclair: comme une recrue... d’expérience

Publié | Mis à jour

Nouvel entraîneur-chef, nouveau personnel d’entraîneurs, nouveau système de jeux, nouveaux préparateurs physiques : à bien des égards, Antony Auclair s’est senti comme une recrue lors des derniers mois chez les Buccaneers de Tampa Bay. À la différence majeure qu’à sa troisième saison avec l’équipe, l’ailier rapproché possède le bagage pour bien encaisser le tout.

Il n’y a pas seulement Bruce Arians qui s’est amené à bord à titre de nouveau patron dans le vestiaire. Celui-ci a évidemment formé son personnel d’entraîneurs, ainsi que son personnel de soutien. Dans un monde d’habitudes comme le football, il s’agit forcément d’un ajustement important pour les joueurs en place.

«Il y a à peu près juste le personnel de bureau et les recruteurs qui n’ont pas trop changé. Ailleurs, on travaille partout avec du nouveau monde et durant la première semaine des entraînements printaniers, c’était vraiment spécial.»

«Avec l’arrivée de "coach" Arians, il y avait aussi un nouveau livre de jeux à apprendre, qui est assez volumineux. Je me suis vraiment senti comme une recrue au départ, mais avec mon expérience de deux saisons, j’ai vite repris le dessus et je me sens prêt pour le camp d’entraînement», a expliqué Auclair lors d’une entrevue avant son départ pour Tampa, où les joueurs sont attendus jeudi prochain.

Prêt pour un rôle accru

Justement, ce camp pourrait s’avérer une belle occasion pour Auclair de prouver à ses nouveaux entraîneurs qu’il est mûr pour un rôle plus complet au sein de l’attaque.

Si ses habiletés comme bloqueur sont déjà saluées, Auclair estime qu’il a les atouts pour contribuer davantage sur le jeu aérien, lui qui revendique neuf attrapés pour 73 verges en 24 matchs.

«On a passé presque tous les entraînements printaniers à trois ailiers rapprochés, vu qu’il y avait des blessures. Puisqu’on a différentes formations à plusieurs ailiers rapprochés, j’ai obtenu beaucoup de répétitions et j’ai pu améliorer des aspects de mon jeu comme les tracés et la réception de passes. J’ai brûlé du gaz, mais ça va payer.»

«C’est la première fois que je peux participer à tous ces entraînements parce que lors des deux dernières saisons mortes, je soignais des blessures. Avec Cam [Brate] et OJ [Howard], c’est sûr que mon rôle ne changera pas énormément, mais j’ose croire qu’on va m’utiliser plus pour capter des passes», a fait valoir l’ancien du Rouge et Or de l’Université Laval.

Surprise en vue?

Coéquipier et bon ami d’Auclair, Cameron Brate n’a pas hésité à se prononcer dernièrement à savoir que les Buccaneers allaient surprendre bien des observateurs.

Sans plonger dans le jeu risqué des prédictions, le Beauceron s’est lui aussi montré optimiste même si l’équipe n’a remporté que 10 parties en deux ans.

«Je préfère rester prudent, mais je pense que ça va bien aller. À l’attaque, on a les mêmes gars explosifs. On a gagné beaucoup de verges la saison dernière, mais on a manqué de finition pour les points. On travaille beaucoup sur notre présence dans la zone payante.

«Défensivement, de ce que j’ai vu, ça a beaucoup changé. La défensive a même eu le dessus sur nous dans les entraînements au printemps. On a tout pour être une bonne équipe», a-t-il fait valoir.