Crédit : TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Alouettes

La Californie à la rescousse des Alouettes?

Publié | Mis à jour

Pressentis pour acquérir les Alouettes de Montréal, les frères Peter et Jeffrey Lenkov, deux Californiens originaires de la métropole québécoise, veulent prendre leur temps pour finaliser une entente qui sera bénéfique à long terme pour le club.

Étant la propriété de la Ligue canadienne de football (LCF) depuis que la famille Wetenhall a décidé de vendre le club, les Alouettes devraient bientôt se retrouver dans de nouvelles mains.

Actuellement en négociation avec le commissaire Randy Ambrosie, les Lenkov ont indiqué qu’ils avaient à cœur les succès de la concession et qu’ils étaient prêts à faire leur part pour la ramener au sommet. Ils souhaitent toutefois faire les choses de la bonne façon.

«Il faut regarder à long terme, où est la concession présentement et où vous voulez l’amener, a dit Jeffrey Lenkov dans une entrevue livrée au quotidien "The Gazette" et publiée mardi. Comme acheteur potentiel, vous ne voulez pas vous lancer sans pouvoir ajouter de la valeur à l’équipe. C’est d'autant plus vrai que les Alouettes représentent une opportunité très, très spéciale et unique.»

«On doit faire attention, car ce n'est pas comme acheter une entreprise privée. C'est une entreprise privée, mais il faut également prendre en compte l’intérêt de la communauté.»

Équipe d’enfance

Ayant grandi à Laval, les deux frères se sont exilés en Californie pour poursuivre leurs carrières respectives. Peter est producteur et scénariste à Hollywood, tandis que Jeffrey est avocat. Plus jeunes, ils ont grandi en encourageant les Alouettes et ils souhaitent maintenant ramener l’équipe dans le droit chemin.

Le fait qu’ils habitent maintenant à l’autre extrémité du continent ne constitue pas un point négatif, selon l’avocat. En effet, plusieurs autres personnes sont impliquées dans le groupe qui souhaite faire l’acquisition de l'équipe.

«Le fait que nous ayons quitté la ville pour nos carrières n’annule pas le fait que nous sommes Montréalais dans nos cœurs, a dit Jeffrey Lenkov. Nous ne voulons pas posséder l’équipe juste pour avoir un club. Il y a de bien meilleurs investissements à faire.»

«Nous voulons être sûrs d’avoir beaucoup de talent dans le groupe de propriétaires et de gestionnaires de l’équipe. Mon frère et moi sommes à Montréal très souvent, donc nous ne serions pas des propriétaires absents. Vous ne pouvez pas vous lancer là-dedans en voulant être absent. Ça ne fonctionnerait pas.»

Par ailleurs, étant donné la nature des négociations qu’il mène avec la LCF, Jeffrey Lenkov n’a pas voulu commenter les récentes décisions de l’équipe de congédier l’entraîneur-chef Mike Sherman et le directeur général Kavis Reed.

«Ce que je peux dire, c’est que les Alouettes devraient être forts. Ils font partie de la culture québécoise, ils sont une part de mon héritage et je sais que plusieurs Québécois pensent comme moi.»

«J’ai tenté d’acheter l’équipe il y a quelques années et ce n’était pas possible. L’équipe est spéciale à nos yeux et si nous pouvons contribuer, [...] faire notre petite part en tant que propriétaires pour ramener l’équipe et la marque où elle devrait être, ça vaut la peine d’essayer.»