Crédit : AFP

Sports aquatiques

Jennifer Abel et Mélissa Citrini-Beaulieu s'en vont aux J.O.!

Publié | Mis à jour

En posant ses pieds sur le tremplin lundi, à Gwangju, en Corée du Sud, Jennifer Abel savait combien les enjeux étaient grands.

En montant sur le podium au 3 mètres synchro, elle pouvait devenir la Canadienne la plus décorée des Championnats du monde de la FINA avec une neuvième médaille et aussi, avoir la possibilité d’inscrire son nom sur un billet vers les Jeux olympiques de Tokyo.

Abel et sa coéquipière Mélissa Citrini-Beaulieu ont relevé le défi avec brio en étant sacrées vice-championnes du monde. Leur médaille d’argent a permis au pays de s’assurer une place à cette épreuve aux Jeux olympiques. Également, les deux plongeuses seront automatiquement la nomination de Plongeon Canada au Comité olympique canadien pour Tokyo en 2020.

«Je me sens extrêmement bien, mais également très soulagée, s’est réjouie Abel, qui a essayé de faire abstraction de toute cette pression lors de la journée de compétition. J’ai pu mettre tout ça de côté et je me suis concentrée sur chaque plongeon sans penser à autre chose. Ç’a été une très belle journée pour notre équipe.»

Constance

Deuxième après les préliminaires derrière les Chinoises Han Wang et Tingmao Shi, Abel et Citrini-Beaulieu ont conservé leur deuxième place pendant les cinq rondes de plongeon en finale.

«Nous avions vraiment confiance en notre équipe et le travail était fait, a indiqué Abel, qui a dépassé le plongeur Alexandre Despatie et le nageur Ryan Cochrane pour le total de médailles aux Mondiaux de la FINA en carrière. C’est certain que parfois nous pouvons avoir des doutes ou des hésitations, mais nous ne nous sommes pas donné la chance d’en avoir aujourd’hui. C’était le moment de faire quelque chose et nous allions gagner ou perdre ensemble. Nous avons eu confiance en nous dès notre premier plongeon en préliminaire jusqu’au dernier en finale.»

«Je suis fière de nous, car nous savions quel était l’enjeu, nous savions ce qu’il fallait faire et nous l’avons fait. Nous l’avons vraiment fait avec détermination et je suis impressionnée de la façon dont nous avons abordé la compétition», a quant souligné Citrini-Beaulieu.

Également médaillé d’argent aux Mondiaux de Budapest en 2017, le duo Abel-Citrini-Beaulieu a poursuivi sa progression. «Nous sommes une équipe qui a grandi et qui a appris. Nous sommes passées à travers beaucoup de hauts et de bas.»

Lundi, Han Wang et Tingmao Shi ont été couronnées grâce à 342 points. Abel et Citrini-Beaulieu en ont pour leur part totalisé 311,10. Les Mexicaines Paola Espinosa Sanchez et Melany Hernandez Torres ont mis la main sur la médaille de bronze avec 294,90 points.

Soulagement

À un an de Tokyo 2020, d’avoir qualifié le pays à cette épreuve aux Jeux et de savoir que cette place leur reviendra, puisqu’elles ont atteint les critères de sélection de Plongeon Canada est un soulagement.

«Je suis sous le choc, mais je suis tellement heureuse. Pour moi, c’était un rêve et il faudrait que je me pince pour savoir que c’est vrai», a raconté Citrini-Beaulieu.

«Ça enlève une énorme pression et maintenant, je veux me concentrer sur ce que j’ai à faire. C’est sûr que je veux aussi y participer en individuel, mais je sais que je pourrai participer à mes quatrièmes Jeux olympiques, peu importe ce qui arrive» a mentionné Abel.

Les deux plongeuses seront de retour sur le tremplin pour l’épreuve individuelle jeudi.