Crédit : Dominick Gravel/Agence QMI

Alouettes

Kavis Reed: un congédiement des plus mystérieux

Publié | Mis à jour

Les Alouettes de Montréal ont congédié le directeur général Kavis Reed, dimanche, en évoquant un «manquement de nature administrative» et une possible situation qui pourrait mettre les Moineaux dans l’embarras d’un point de vue légal.

C’est le président et chef de la direction de la formation québécoise, Patrick Boivin, qui a pris cette décision et qui a dû affronter les journalistes désireux de connaître les dessous de ce mystérieux départ.

«C’est un manquement de nature administrative, mais on ne fera pas de procès public, car ce serait totalement inapproprié que je commente sur les raisons de cela», a répété Boivin plusieurs fois.

«Après ce que nous avons découvert, il aurait été impossible et impensable de garder Kavis en poste», a-t-il ajouté avant de spécifier qu’en dire davantage pourrait «nous exposer au plan légal».

Ainsi, ce sont des informations ayant été transmises à Boivin durant les récentes semaines qui l’ont incité à limoger le DG.

Visiblement sur la défensive, Boivin n’a pas voulu donner plus de détails sur ces obscures informations.

Même si le fond de cette histoire n’est toujours pas connu, un constat s’impose : le ou les gestes posés par Reed sont si graves que l’organisation devait agir rapidement.

En effet, le moment de ce congédiement est plus que particulier. Les Alouettes n’ont disputé que quatre parties en 2019 et ils ont obtenu deux gains à leurs deux dernières sorties, dont une victoire de 36 à 19 sur le Rouge et Noir, samedi, à Ottawa.

«Cela n’a aucun lien avec notre produit sur le terrain, a indiqué Boivin. Nous n’avions pas le choix de prendre cette décision.»

Le dirigeant des Alouettes a également dit que ce congédiement n’avait aucun lien avec le processus de vente de la concession et qu’il n’y avait pas de conflit entre lui et son ancien DG.

«Ma relation avec Kavis était très bonne, mais des accrochages peuvent arriver parfois. [...] C’est normal et c’est bien de se défier mutuellement. Cette décision n’est pas reliée à une question de relations personnelles avec Kavis».

Un comité

Ce n’est pas un homme, mais bien trois qui assumeront les fonctions de directeur général pour le reste de la saison 2019.

Ce comité sera composé du directeur général adjoint du personnel des joueurs Joe Mack, de l'entraîneur-chef Khari Jones et du directeur des opérations football Patrick Donovan.

Jones sera dorénavant responsable de la formation au quotidien, tandis que Mack voit ses responsabilités augmenter.

«Joe Mack supervisera toutes les facettes des opérations football, a déclaré Boivin. Il chapeautera tout ce qui a trait au personnel des joueurs et aux opérations football, incluant le plafond salarial, les contrats, les opérations et la logistique.»

De 1984 à 1987, Mack a été directeur du personnel des joueurs avec les Blue Bombers de Winnipeg, remportant la Coupe Grey à sa première année. Il s'est ensuite joint aux Falcons d'Atlanta en tant que recruteur professionnel. En 1989, il a été embauché à titre de directeur du recrutement professionnel par les Redskins de Washington, qui ont remporté le Super Bowl XXVI, en 1992.

Mack est revenu dans la LCF en 2010 en tant que directeur général et vice-président des opérations football des Blue Bombers, aidant l'équipe à accéder au match de la Coupe Grey en 2011.

Un homme apprécié

De son côté, Jones dirige les «Als» sur une base intérimaire depuis le 8 juin dernier, jour de la séparation entre l’équipe montréalaise et l’entraîneur-chef Mike Sherman. Un divorce qui était survenu seulement quelques jours après la fin du camp d’entraînement.

Depuis, Jones a changé la culture dans le vestiaire des siens et il semble réellement apprécié de ses joueurs. Malgré ce nouveau bouleversement dans son organisation, le pilote de 48 ans ne veut pas que les choses changent.

«Ma plus grande préoccupation, c’est ce qui se passe sur le terrain. Je veux qu’on y ait le meilleur produit. Depuis deux semaines, nous sommes très solides en attaque, en défense et sur les unités spéciales. Tous les gars ont une bonne attitude et je souhaite poursuivre ce qu’on a réalisé dernièrement», a-t-il souligné.

«Ça ne va pas changer beaucoup de choses pour moi. Je vais travailler main dans la main avec Joe [Mack], a-t-il ajouté. Les joueurs répondront bien eux aussi, je n’en doute pas.»

Reste maintenant à voir si le souhait de Jones se réalisera lorsque son équipe recevra les Eskimos d’Edmonton, samedi, au Stade Percival-Molson.