HOCKEY-NHL-VGK-MTL/

Crédit : USA TODAY Sports

Canadiens

Une fin de saison qui a ébranlé Mike Reilly

Publié | Mis à jour

Maintenant que Mike Reilly est sous contrat pour les deux prochaines saisons, il entend prouver sa valeur aux Canadiens de Montréal.

Même qu’il veut s’imposer comme un pilier au sein d’une brigade défensive qui a besoin de gauchers dominants.

«Je crois vraiment que je peux être un rouage important dans l'équipe. Je dois être conscient de certaines choses qui vont m'aider à demeurer dans la formation soir après soir», a-t-il déclaré dans un entretien avec le site officiel des Canadiens, samedi.

Le défenseur américain a été laissé de côté dans 18 des 19 derniers matchs de la saison par l’entraîneur-chef Claude Julien, pendant que d’autres arrières, comme Brett Kulak et Christian Folin, ont eu l’occasion de montrer ce qu’ils ont dans le ventre.

Il avoue que ce rôle effacé était difficile pour lui.

«Personne ne veut être exclu de la formation, surtout quand tu as l'impression de bien jouer. Tu cherches en quelque sorte des réponses pour comprendre la raison de cette décision», a confié Reilly.

De la pression

À 26 ans, l’ancien du Wild du Minnesota devra démontrer qu’il peut se voir confier des responsabilités dans toutes les situations, lui qui a un flair offensif indéniable. Il avait d’ailleurs récolté deux points contre les Blues de St. Louis, le 17 octobre, quelques mois avant la conquête de la coupe Stanley de ces derniers.

«C'est certain que j'ai de la pression sur les épaules», a reconnu le patineur originaire de Chicago, qui affichait la troisième plus haute moyenne de temps de glace en défense (18 min 41s) parmi ceux ayant disputé plus de 18 matchs.

«Parfois, l'année dernière, j'avais un peu peur de commettre des erreurs. Je n'ai pas pris d'initiative autant que je l'aurais aimé. Je crois que c'est dans cette situation que je suis à mon meilleur, en ne réfléchissant pas trop et en me concentrant sur mon jeu.»

Faire confiance à son lancer

En 2018-2019, Reilly a atteint un sommet personnel avec trois buts, mais il est le premier à admettre que tirer au filet plus souvent et être moins hésitant sont des éléments qu’il doit travailler pour être efficace et trouver une constance.

«J'aurais pu faire un meilleur travail et utiliser mon tir davantage au lieu de chercher la ligne de passe, note le numéro 28. Je dois être plus agressif en ce sens. Je dois avoir confiance en mes moyens et me convaincre que j'ai un bon tir, que je dois l'utiliser.»

Il raconte que parfaire la précision de son lancer est également au menu pendant l’entre-saison.

«J'aime lancer des rondelles dans mon sous-sol. Nous avons du béton et des planches sur les murs. Je peux ainsi pratiquer mes tirs sur réception.»

Ajouter du muscle

Outre sa force de frappe, Reilly ne cache pas qu’il aimerait se présenter au camp avec un gabarit plus imposant et ajouter du muscle à sa taille de 6 pi 1 po et 195 livres

«Je veux être un peu plus costaud cette année, confie-t-il. Je me suis beaucoup plus concentré sur ça, cet été. Je veux me sentir plus fort le long des bandes.

«Je ne suis pas le défenseur le plus corpulent, mais ce petit avantage me sera bénéfique le long des bandes et devant le filet.»

Mike Reilly a signé un nouveau contrat de deux ans, d’une valeur annuelle moyenne de 1,5 million $ avec les Canadiens, le 26 juin dernier.