Boxe

Arturo Gatti: un décès qui a suscité plusieurs questions

Publié | Mis à jour

Le 11 juillet 2009: voilà une date qui restera gravée à jamais dans la tête des amateurs de boxe, mais aussi dans celle des membres de la famille et des amis d’Arturo Gatti.

Ce jour-là, le boxeur, qui est à la retraite depuis près de deux ans, est en vacances à la station balnéaire de Porto de Galinhas, au Brésil. Il est avec son épouse, Amanda Rodrigues, et leur fils, Arturo. Mais cette escapade prend une tournure dramatique alors qu’il est retrouvé sans vie dans leur appartement loué pour l’occasion.

Au terme d’une courte enquête, la police brésilienne arrête et accuse Rodrigues du meurtre de son ami. Selon les policiers, les témoignages de Rodrigues étaient contradictoires. Elle risque alors 20 ans de prison.

Dans les semaines précédant les événements, le couple traversait une période difficile, où l’ancien pugiliste avait été accusé de voies de fait sur sa conjointe au mois d’avril. Il avait été remis en liberté moyennant une caution.

Le 30 juillet, Amanda Rodrigues est libérée. Après une autopsie et une analyse de la scène, l’enquête des autorités brésiliennes conclut que Gatti s’est suicidé.

Dès le lendemain, pour en avoir le cœur net, la famille de l’ancien champion du monde demande une deuxième autopsie, par un pathologiste américain. Toutefois, les résultats sont les mêmes que ceux obtenus au Brésil.

En cour

Rodrigues n’était pas au bout de ses peines. À son retour au pays, elle doit aller en cour pour pouvoir récupérer la fortune laissée par son défunt mari.

La mère (Ida Gatti), le frère (Fabrizio) et l’ex-amie de cœur du boxeur (Erika Rivera, mère de Sofia Gatti) contestent la validité du testament qu’avait signé Arturo devant le notaire montréalais Bruce Moidel, le 17 juin 2009. L’ex-champion mondial avait légué toute sa fortune à sa femme, Amanda Rodrigues.

Le 16 décembre 2011, elle remporte son combat contre la famille d’Arturo Gatti et elle peut toucher la totalité des 3,4 millions $, qui était l’enjeu du procès.

Une carrière qui a marqué l’imaginaire

Lorsqu’on se promène aux quatre coins du monde et qu’on discute de boxe avec les amateurs, l’un des premiers noms qui sont mentionnés est celui d’Arturo Gatti. C’est encore vrai en 2019. Celui qui était surnommé « Thunder » n’était pas le boxeur le plus talentueux entre les câbles, mais il avait un cœur de guerrier. Les gens appréciaient son style et son charisme. Voici un survol de sa carrière en quelques dates.

10 juin 1991

Après une carrière chez les amateurs marquée par deux titres canadiens et une participation aux championnats du monde, Arturo Gatti fait le saut chez les professionnels. Son premier combat a lieu dans la ville de Secausus, au New Jersey, avec la promotrice Kathy Duva et sa compagnie Main Events. Il l’emporte par knock-out technique au troisième round.

15 décembre 1995

Fort d’une fiche de 26-1, Gatti obtient son premier combat de championnat du monde alors qu’il affronte Tracy Harris Patterson. Le Québécois d’origine italienne l’emporte par décision unanime pour mettre la main sur la couronne IBF des super-plumes (130 lb). Cette belle victoire lui permettra de décrocher un contrat avec le réseau de télévision HBO.

23 mars 1996

Gatti ne rate pas sa rentrée sur HBO alors qu’il livre une guerre mémorable contre Wilson Rodriguez au Madison Square Garden. Le choc finira deuxième au titre de « combat de l’année » derrière le premier duel Tyson-Holyfield. Ce fut les premiers jalons de sa légende.

8 septembre 2000

Après plusieurs années d’attente, Gatti se bat pour la première fois en carrière à Montréal. Il l’emporte par décision unanime contre Joe Hutchison au Centre Molson. Toutefois, à quelques reprises, on a craint que le combat soit arrêté en raison d’une coupure de Gatti à l’arcade sourcilière.

24 mars 2001

Quelques mois après sa victoire contre Hutchison, Gatti se mesure à un client populaire aux États-Unis : Oscar De La Hoya. Concédant plusieurs livres à son adversaire, «Thunder» subit une défaite par knock-out technique.

18 mai 2002

Cette date restera gravée à jamais chez les amateurs de boxe. C’est celle du premier combat de la trilogie entre Gatti et Micky Ward. Durant 10 rounds, les deux boxeurs se sont livrés de furieux échanges. Gatti s’incline par une nulle majoritaire et demande un combat revanche à son adversaire.

7 juin 2003

Après un triomphe par décision unanime lors du deuxième affrontement, Gatti décide de régler le dossier de Micky Ward une fois pour toutes. Un troisième combat qui a été à la hauteur des deux premiers. Gatti obtient le dernier mot alors que Ward accroche ses gants après cette ultime guerre.

24 janvier 2004

Quelques mois après la fin de la trilogie avec Ward, Gatti obtient une chance de redevenir champion du monde contre Gianluca Branco et il ne la rate pas. Il devient le monarque WBC des super-légers (140 lb) avec une victoire par décision unanime. À ce jour, il est le seul Québécois à avoir réussi à être champion du monde à deux reprises.

25 juin 2005

Après quelques défenses victorieuses de son titre, dont une contre Leonard Dorin, Gatti s’attaque à un gros morceau : Floyd Mayweather jr. Le champion est simplement débordé par la portée et la rapidité de son aspirant. Son entraîneur Buddy McGirt décide d’arrêter le combat après le sixième round.

14 juillet 2007

Après une défaite contre Carlos Baldomir, Gatti prend une pause d’un an. Il tente un retour contre un boxeur peu dangereux, Alfonso Gomez. Cependant, le courageux pugiliste n’est plus en mesure d’encaisser de coups. Il s’incline par knock-out technique au septième round. Au terme de cette défaite, Gatti annonce sa retraite dans le vestiaire.

10 décembre 2012

Plus de trois ans après son décès en 2009, Arturo Gatti est intronisé au Temple de la renommée de la boxe. En 49 combats, il a présenté une fiche de 40 victoires, dont 31 par knock-out, et neuf revers. Gatti aura remporté deux titres mondiaux et obtenu quatre sacres comme «combat de l’année».