Giulio Ciccone

Photo : Giulio Ciccone Crédit : AFP

Cyclisme

Tour de France: Ciccone détrône Alaphilippe

Publié | Mis à jour

Au terme d’une fin étape grandiose, le Belge Dylan Teuns de l’équipe Bahrein-Merida a remporté le plus beau succès de sa jeune carrière au sommet de La Planche des Belles Filles.

Malgré une accélération tardive pour sauver sa tunique, le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) a perdu son précieux maillot jaune par seulement six petites secondes.

Rescapé de l’échappée du jour, l’Italien Giulio Ciccone (Trek-Segafredo), que personne n’attendait, s’empare de la tête du classement général avec une fin de course qui marquera sa jeune carrière. Le scénario n’était pas prévu. Teuns et Ciccone disputent tous deux leur première Grande Boucle.

«C’est incroyable. Je ne trouve pas les mots. C’est le rêve de tout le monde qui fait du vélo», a affirmé Ciccone, 24 ans, quelques minutes après avoir endossé le maillot jaune.

Encore jeune

Déjà vainqueur d’étape au Tour d’Italie 2019 et également du classement de la montagne, Ciccone a pris le 2e rang à l’arrivée, seulement 11 secondes derrière Teuns. En prime, Ciccone met la main aussi sur le maillot blanc de meilleur jeune.

Cette 6e étape était attendue depuis longtemps et elle a répondu aux attentes très élevées. Cette première semaine du Tour de France 2019 continue de surprendre avec du suspense et des moments enlevants.

Au départ à Mulhouse jeudi, un groupe de fuyards a pris jusqu’à huit minutes. L’avance était toujours très confortable dans l'ascension du Ballon d'Alsace, à environ une cinquantaine de kilomètres à faire, puis également dans le Col des Chevrères, avec 20 kilomètres à faire.

Après une attaque de Thomas De Gendt, ce sont finalement quatre hommes qui ont poursuivi l’aventure ensemble : Tim Wellens, Dylan Teuns, Guilio Ciccone et Xandro Meurisse. Wellens a craqué et Meurisse a terminé 3e de cette étape. À l’arrière, l’impulsion des grands favoris a vite réduit l’écart. Alaphilippe pouvait encore sauver son maillot et la foule surveillait attentivement le compteur.

Désespérément

Dans un final poussiéreux de 800 mètres sur un chemin de gravelle à 24 %, le Français a tout donné en écrasant les pédales. À la ligne, le chronomètre est cruel mais le cycliste est allé au bout de ses ressources en montagne.

Il pourrait toutefois récupérer son bien vendredi lors de l’étape la plus longue du Tour. Le profil plat sur 230 km lui donnera peut-être une chance de récupérer cette poignée de secondes.

Parmi les favoris, Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) a affiché sa grande forme, tandis que Romain Bardet (AG2R) a connu des difficultés. Aucun Français n’a gagné le Tour de France depuis Bernard Hinault en 1985, il y a 34 ans.

Woods assure

Pour sa part, le champion en titre Geraint Thomas semble également très à l’aise et bien entouré chez Ineos.

Le Canadien Michael Woods, qui avait ciblé cette étape, a terminé avec le groupe de meneurs. Il se trouve actuellement au 9e rang du classement général à 1 min 13 s de Ciccone. Woods possède deux secondes d’avance sur son coéquipier Rigoberto Uran. Chez Education First, le capitaine pourrait changer.

Le Québécois Hugo Houle a franchi l'arrivée dans un groupe à environ 19 minutes du gagnant. Tout semble bien se dérouler pour lui.