Peter Sagan

Photo : Peter Sagan Crédit : AFP

Cyclisme

Sagan brille en Alsace

Publié | Mis à jour

Frustré deux jours de suite, le roi Peter Sagan a d’abord décidé de faire exploser les sprinteurs les plus rapides avant de reprendre son trône de façon convaincante, mercredi, à Colmar.

Pour gagner, le Slovaque de 29 ans avait décidé de changer de stratégie. S’il semble moins rapide sur les 200 derniers mètres, il a choisi en revanche de larguer ses adversaires avant l’explication finale de cette 5e étape du Tour de France.

Dans les dernières ascensions, sa formation Bora-Hansgrohe a donc fait le nécessaire en durcissant le rythme pour éliminer les indésirables qui souffraient à se hisser au sommet.

Costaud sur la plupart des terrains, le triple champion du monde Sagan s’est retrouvé dans des conditions idéales avec près de 100 coureurs en moins pour faire parler sa puissance et son talent.

Vêtu de jaune, le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck- Quick Step) a joué de prudence en se faufilant toute de même à la 10e place. Son rêve se poursuivra au moins un jour de plus.

Bataille royale

Dans un sprint pour les puncheurs, Sagan a devancé de façon très nette l’impressionnante recrue de 24 ans, Wout Van Aert, (Jumbo-Visma), qui réalise une superbe première semaine sur la Grande Boucle.

Matteo Trentin (Michelton-Scott) termine au 3e rang, suivi par Sonny Colbrelli (Bahrein-Merida) et Greg Van Avermaet (CCC), un peu loin de ses ambitions jusqu’à présent.

À son premier grand tour en carrière, le Belge Van Aert se rapproche à seulement 14 secondes du maillot jaune en raison des six secondes de bonification pour sa 2e place à l’arrivée.

Parti de Saint-Dié-des-Vosges, le peloton toujours intact avec 176 coureurs avait plusieurs volontaires pour passer à l’attaque. Au bout de 22 kilomètres, un groupe de quatre coureurs a réussi son coup avec Simon Clarke (Education First), Toms Skujins (Trek), Tim Wellens (Lotto-Soudal), le maillot à pois sur les épaules, et Mads Würtz (Katusha).

Wellens attaque

Wellens a glané quelques points de plus, mais l’écart n’a jamais dépassé 2 min 30 s. Skujins a persisté plus longtemps en abdiquant dans la côte des Cinq Châteaux sous l’impulsion de la formation Sunweb en tête. Malgré le travail de ses équipiers, Michael Matthews a pris le 7e rang de l’étape.

L’ancien champion du monde Rui Costa a tenté sa chance en solitaire mais peine perdue puisque «Chuck Norris» Sagan n’avait pas l’intention de se laisser emboîter. Près de l’autobus de son équipe, une horde de fans a hurlé sa joie. Sagan a aussi augmenté son avance en tête du classement aux points. Le 28 juillet à Pris, il pourrait devancer le sprinteur allemand Erik Zabel avec un 7e maillot vert historique.

À la veille d’une étape qui l’avantage, le Canadien Michael Woods a terminé sans histoire dans le groupe de tête. De son côté, Hugo Houle s’est plié aux directives de son patron en prévision de jeudi.

«J’ai fait mon travail jusqu’au pied de la dernière montée. On m’a dit d’arrêter de prendre le groupetto. Je suis rentré tranquillement», a résumé le Québécois.