BKN-BKO-SPO-FILE:-KEVIN-DURANT-EXPECTED-TO-SIGN-WITH-NETS-2019-N

Crédit : AFP

NBA

Joueurs autonomes: les règlements devront changer

Publié | Mis à jour

Les règles de transfert concernant les joueurs libres, c'est à dire en fin de contrat, doivent être revues à la lumière de la folle semaine écoulée qui a vu de nombreuses stars changer de franchise, a déclaré mardi le patron de la NBA Adam Silver.

En cause notamment, des négociations qui débutent bien avant la période officielle des transferts.

«Ça n'a pas de sens, au bout du compte, d'avoir des règles que nous ne sommes pas en mesure d'appliquer», a relevé Silver à Las Vegas à l'issue d'une réunion avec les propriétaires de franchises NBA, ajoutant qu'un «consensus était apparu sur la nécessité de revoir et recalibrer ces règles».

«Il est clair que si les accords sont annoncés juste après le début de la période de discussions, c'est qu'il y a eu des discussions bien avant», a relevé Silver.

Effectivement, l'annonce des transferts des vedettes Kevin Durant et Kyrie Irving à Brooklyn a été faite quelques minutes après l'ouverture de la période des transferts des free agents le 30 juin.

«On a toujours su, jusqu'à un certain point, qu'il y avait de petites entorses à ces dates butoir et je pense qu'historiquement nous l'acceptions un peu», mais désormais, «nous devons penser à ce qui permettrait, à terme, de créer un championnat équilibré», selon le patron de la NBA.

«Pouvoir des joueurs»

Car les franchises qui joueraient le jeu en attendant la période officielle pour tenter d'attirer des joueurs risquent de voir leurs efforts vains si des accords ont été passés en amont.

«Nous voulons nous assurer d'avoir une ligue où chaque équipe est compétitive (...) et, pour cela, nous avons du pain sur la planche», a ajouté Silver, estimant que le problème ne venait pas simplement des mega stars qui dicteraient le fonctionnement du marché des transferts, car «cette notion de pouvoir des joueurs ne concerne qu'un petit groupe de joueurs».

En revanche, la couverture médiatique de cette période de transferts des agents libres fait désormais partie de l'équation à résoudre: «Nous sommes d'une certaine façon victimes de notre succès, a estimé Silver. L'attention portée 24/7 sur les agents libres crée de nouvelles pressions.»

«Il est fou de penser qu'une équipe ne va pas parler à ses propres joueurs d'une éventuelle extension de contrat. Il faudrait peut-être autoriser les discussions à commencer bien plus tôt, actant le fait que c'est ce qui va se passer de toutes façons», a-t-il poursuivi