MLB

«Nous avons un problème à Tampa» - Rob Manfred

Publié | Mis à jour

Le commissaire du baseball majeur Rob Manfred a montré bien peu de conviction, mardi, au moment de traiter du scénario envisageant le partage éventuel d’une seule et même équipe à Tampa et Montréal.

«En ce moment, je considère que cette idée de la saison partagée proposée par les Rays représente une opportunité de préserver le baseball à Tampa Bay, a estimé le commissaire, durant son point de presse tenu à l’occasion du match des étoiles. Je ne peux pas dire, d’une manière ou d’une autre, ce qui va arriver tant et aussi longtemps que cet effort s’avère ou pas un échec.»

Le 20 juin dernier, les Rays avaient obtenu la permission du baseball majeur afin d’examiner les options pouvant leur permettre de devenir une équipe à deux villes qui terminerait sa saison régulière à Montréal. Or, ce projet semble encore très loin de pouvoir se matérialiser. Manfred se contente de dire qu’il est trop tôt pour juger si un succès est possible ou même envisageable.

«Nous avons un problème à Tampa, il doit être résolu d'une façon ou d'une autre, a déclaré Manfred, tel que cité par le Tampa Bay Times. Si cela signifie que nous écartons une possible expansion pour solidifier où nous sommes, qu'il en soit ainsi.»

Évidemment, les propos du commissaire peuvent être interprétés de différentes façons. Croit-il vraiment au concept des villes-sœurs? Prépare-t-il plutôt le terrain en vue d’un déménagement complet des Rays à Montréal? Rien ne semble impossible.

Chose certaine, la situation actuelle des Rays à Tampa Bay ne l’enchante pas. Il reconnaît que le propriétaire Stuart Sternberg a travaillé très fort, pendant une longue période, pour trouver une solution entourant la construction d’un nouveau stade. Sans succès.

Des joueurs perplexes

Parmi les autres intervenants entendus mardi, le directeur exécutif de l’Association des joueurs Tony Clark a convenu que le scénario du partage d’un club entre Tampa et Montréal demanderait «beaucoup de travail», «beaucoup de temps» et «beaucoup de dialogues».

Dans un autre article publié plus tôt cette semaine par le Tampa Bay Times, le lanceur des Nationals de Washington Max Scherzer émettait lui-même certaines réserves face au concept des villes-sœurs.

«Au premier coup d’œil, ça semble fou, a dit Scherzer, qui a lui-même revêtu l’uniforme bleu poudre des Expos lors d’un match promotionnel au Nationals Park, le week-end dernier. J'aimerais en entendre plus pour savoir pourquoi certains pensent que ce serait une bonne idée. Je suis plus qu’ouvert à écouter les points positifs, mais à première vue, il ne semble pas y avoir beaucoup d’avantages du point de vue des joueurs.»

«C'est une ruse»

La formation de la Floride peine à attirer des partisans au Tropicana Field et ne parvient pas à trouver une solution pour un nouveau stade.

«Les Rays tentent par tous les moyens d’aller chercher des revenus, de brasser leurs partisans, de brasser le comté de St. Petersburg et Tampa pour voir si c’est viable à long terme, a souligné le recruteur québécois des Phillies de Philadelphie Alex Agostino, mardi, lors de l’émission Les Partants sur les ondes de TVA Sports. Personnellement, je ne vois pas comment ça pourrait fonctionner à long terme. Peut-être une année.

«Mais il y a tellement d’embûches, tellement d’obstacles. [...] Personnellement, je pense que c’est une ruse ou une façon de faire bouger les choses à Tampa. Et si ça ne bouge pas, le fait que Montréal et le groupe de Bronfman soient derrière le projet, toujours en accord avec le baseball majeur. Si ça ne marche pas, vous avez une équipe d’expansion. Si ça va vraiment mal, peut-être que c’est Tampa qui s’en vient. Mais ce n’est pas pour demain matin.»

Les Expos ont vécu cette situation alors qu’ils ont partagé leur domicile entre Montréal et San Juan, à Porto Rico, en 2003 et 2004.

«Je ne vois pas comment une situation (comme ça) pourrait perdurer, a continué Agostino. Les gens à Montréal vont-ils s’attacher à des joueurs qu’ils ne connaissent pas. Je ne suis pas sûr. Oui, on veut du baseball majeur et c’est le fun que Montréal soit utilisée. [...] C’est Montréal qui est dans la mire du baseball majeur. Ça, c’est une bonne chose. Mais je ne suis pas sûr que l’on verra le jour où Tampa jouera 40 parties à Montréal et 40 à Tampa.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.