Boxe

Eye of the Tiger Management a une très grosse fin d’année en vue

Publié | Mis à jour

Le groupe Eye of the Tiger Management (EOTTM) entend organiser pas moins de cinq galas de boxe au Québec d’ici la fin de l’année 2019.

«Je pense qu'on va pouvoir vous annoncer deux galas en septembre à Montréal, un gala à Québec en octobre, un gala en novembre, probablement en région, et un gala à Montréal, un grand gala j'espère, au Centre Bell en décembre», a indiqué le grand patron d’EOTTM, Camille Estephan, en entrevue à TVA Sports, mardi.

Lorsqu’il est devenu promoteur en 2011, Estephan n’avait qu’un seul boxeur en main. En 2019, 24 pugilistes ont désormais un contrat avec l’écurie. Si David Lemieux est encore la locomotive du groupe, il reçoit de plus en plus d’aide de vedettes montantes telles que Junior Ulysse, Steven Butler, ou Simon Kean.

«On est aux portes des championnats mondiaux, et je pense qu'on s'est mis en place pour défoncer ces portes-là avec plusieurs de nos boxeurs», a observé le promoteur.

Il y a aussi le dévastateur poids lourd russe Arslanbek Makhmudov, détenteur de la ceinture continentale des Amériques de la WBC depuis mai. Le colosse de 30 ans semble bien en mesure de sauter des étapes dans sa progression, tant il domine ses adversaires jusqu’ici.

«On négocie pour une deuxième ceinture pour Arslanbek, a avoué Estephan. Il ne le sait pas, ça va être une surprise, alors je vous l'annonce! On veut l'avancer rapidement, il est prêt et il est capable.»

Pour en revenir à Lemieux, le Québécois semble avoir retrouvé sa forme des beaux jours après les différents problèmes de poids qui l’ont affecté ces derniers mois. Il espère toujours remonter dans l’arène en septembre pour boxer en sous-carte d’un gala mené par Saul «Canelo» Alzarez.

«Depuis 2015, depuis le combat contre (Hassan) N'Dam, je ne l'ai pas vu dans cette forme physique-là, a souligné Estephan au sujet de Lemieux. Et mentalement, ça l'aide. Quand tu te sens bien, tu vas performer encore plus. Tu pousses encore plus»

Voyez le reportage de Nancy Audet dans la vidéo ci-dessus.