Impact de Montréal

5 questions (et réponses) sur le mercato de l’Impact

5 questions (et réponses) sur le mercato de l’Impact

Vincent Destouches

Publié 09 juillet
Mis à jour 09 juillet

C’est ce mardi que s’ouvre la fenêtre estivale des transferts en MLS. L’occasion pour tous les clubs de se renforcer et de brasser les cartes pour la fin de saison. Que va faire l’Impact? Voici quelques réponses aux questions que vous vous posez sûrement.

Piatti va-t-il quitter Montréal?

À mes yeux, il s’agit du dossier prioritaire pour le Bleu-Blanc-Noir, ne serait-ce que par sa propension à dicter l’ampleur du «mercato» montréalais. Malgré l’avalanche de rumeurs provenant d’Argentine, l’Impact n’a (à l’heure actuelle) pas reçu d’offre pour Ignacio Piatti. Maintenant, tout peut arriver (et vite) dans le soccer... Mais le club, qui compte sur sa vedette argentine, semble travailler avec en tête l’idée que «Nacho» portera encore l’uniforme montréalais au moment de la fermeture de la fenêtre des transferts, le 7 août prochain. Aujourd’hui, je n’ai pas le sentiment que le club négocie son départ ou prépare son remplacement. Mon intime conviction est que Piatti n’en a pas terminé avec son histoire montréalaise, et qu’il restera au moins jusqu’à la fin de la saison.

L’Impact sera-t-il actif?

Oui. L’Impact entre dans cette période de transferts avec le désir de renforcer son secteur offensif. Le 25 juin dernier, l’Impact a fait l’acquisition d’une place de joueur étranger à cette fin. «On regarde des joueurs de Bologne qu’on pourrait avoir en prêt, ça serait plus facile à intégrer dans le plafond salarial», avait mentionné le propriétaire Joey Saputo lors d’un point de presse, à la mi-juin. La boussole pointe donc vers l’Italie. Le jeune Orji Okwonkwo (21 ans), qui se développe de manière intéressante à Montréal, est peut-être en train de créer un précédent intéressant entre les deux clubs.

Quel type de joueur offensif cherche Montréal?

Un attaquant? Vu l’investissement qui a été réalisé sur Urruti, j’en serais surpris. Un numéro 10? J’ai beaucoup de mal à croire que Garde entreprendrait un tel virage tactique et collectif à ce moment de la saison. Un ailier? Il y en a déjà beaucoup... Quoique, dernièrement, ce sont deux milieux centraux (Saphir Taïder et Mathieu Choinière) qui ont été utilisés hors position pour soutenir l’attaquant dans le XI de Rémi Garde, en raison de l’absence des uns et de l’inconstance des autres... Je pencherais donc vers un ailier, d’autant que le retour au jeu de Piatti est pour l’instant un point d’interrogation. Une chose est sûre : l’Impact est dans le dernier tiers de la ligue en ce qui a trait à la production offensive. Un coup de pouce serait plus que bienvenu.

Y a-t-il assez d’argent dans les caisses pour plusieurs arrivées?

Saputo s’est dit prêt à investir. Sans avoir à embaucher un joueur désigné supplémentaire, il peut toujours dépenser au moyen du TAM discrétionnaire – un montant que la MLS permet aux clubs d’investir sur ses fonds propres. Mais le problème est ailleurs : le club a très peu de marge sous le plafond salarial. Pour permettre l’arrivée du joueur offensif attendu par Rémi Garde, l’Impact devra faire de la place. Il est impossible, au vu de la situation, que l’Impact ajoute plusieurs joueurs à forte valeur ajoutée. Mais n’oublions pas non plus que, chaque été, il y a des coups à faire en MLS sur le marché des échanges. D’autres renforts pourraient venir par ce biais.

Le club doit donc procéder à des départs avant de recruter?

Non. Le club n’a pas l’obligation de se départir de joueurs pour faire de la place sous le plafond. Il dispose d’autres moyens. Le deuxième versement (prévu cet été) du montant du transfert d’Alejandro Silva en est un, puisque l’argent peut être transformé et utilisé en GAM pour alléger la masse.