Crédit : AFP

Tennis

Fabio Fognini souhaite qu'une bombe explose à Wimbledon

Agence France-Presse et TVA Sports

Publié | Mis à jour

L'Italien Fabio Fognini n'en est pas à ses premières frasques sur le circuit de l'ATP. Mais son tout dernier dérapage à Wimbledon pourrait bien lui coûter très cher.

C'est une phrase lancée en Italien pendant son match, samedi, face à l'Américain Tennys Sandgren, qui au final l'a emporté 6-3, 7-6, 6-3, captée par les micros et qui a ensuite fait le tour des réseaux sociaux qui a mis l'Italien dans l'eau chaude.

«Foutus Anglais. Est-ce que c'est normal de jouer ici? J'aimerais qu’une bombe explose sur le club», avait-il dit.

Interrogé sur son dérapage, il a tenté de se justifier: «Le court n'était pas en bon état et j'étais frustré, car j'avais beaucoup à gagner sur ce match. Et si j'ai offensé quelqu'un, je m'en excuse».

Le problème, c'est que l'Italien est en sursis. Lors des Internationaux des États-Unis en 2017, des propos sexistes envers une arbitre lui avait valu une exclusion, une belle amende et deux ans de sursis, sans offenses majeures.

Pas le seul

Mais Fognini n'a pas été le seul à faire des siennes au All England Club.

Nick Kyrgios a fait du ... Nick Kyrgios, s'en prenant à l'arbitre, en allant boire des bières avant son match face à Nadal (battu en quatre sets), en assumant l'avoir visé pendant la rencontre.

Son compatriote australien Bernard Tomic a marché pendant moins d'une heure face à Tsonga au premier tour et s'est fait sanctionner pour non-combativité, sanctionné d'une amende équivalente à sa bourse.