SPO-SENATORS AND CANADIENS PRESS CONFERENCE
PRESS CONFERENCE

Crédit : John Major / Agence QMI

LNH

Eugene Melnyk couvert d’insultes par une ministre ontarienne?

Publié | Mis à jour

Le propriétaire des Sénateurs d’Ottawa, Eugene Melnyk, aurait été sévèrement apostrophé par la ministre ontarienne Lisa MacLeod, il y a quelques jours, en plein concert des Rolling Stones près de Barrie.

Melnyk a raconté, dans une entrevue accordée au Ottawa Citizen, qu’il était en train de regarder le concert avec des amis lorsqu’il a vu une femme faire son chemin vers lui dans la foule environnante. C’était la ministre MacLeod, du gouvernement de Doug Ford.

«Soudainement elle me crie "savez-vous qui je suis?", a-t-il relaté. Je ne la replace pas, alors je lui réponds "je suis désolé, mais non".»

«Elle me crie ensuite "je suis votre ministre et vous êtes une merde et un perdant"», a continué l’homme d’affaires.

Après un autre bref échange, la ministre serait repartie en envoyant paître Melnyk de nouveau qui, chamboulé, a vite fait de noter ce qui venait d’arriver.

La ministre, sans confirmer précisément les propos que Melnyk lui a attribués, a indiqué sur Twitter vendredi qu’elle avait bel et bien offert des commentaires au propriétaire des Sénateurs au concert des Stones et qu’elle s’était ensuite excusée pour avoir été, disons, trop sèche dans son approche.

«J’ai de sérieuses inquiétudes au sujet de nos chers Sénateurs d’Ottawa, s’est-elle défendue. Il faut remettre notre équipe sur le droit chemin pour remporter la Coupe Stanley!»

Melnyk a affirmé qu’il a écrit au premier ministre ontarien, Doug Ford, pour lui signaler qu’il a un électron libre («loose cannon») au sein de son gouvernement et qu’il devrait surveiller ça.

L’homme d’affaires ne s’est pas dit choqué par ce qui est arrivé, indiquant au passage qu’il a vécu toute sorte d’expériences plus ou moins agréables avec des quidams dans les dernières années, à titre de propriétaire des Sénateurs.

Il s’est cependant dit «inquiet» du comportement de la ministre.

Le bureau du premier ministre Ford n’a pas réagi officiellement à la suite de cette histoire. Melnyk affirme qu’il a cependant reçu des coups de fil autant de Ford que de MacLeod depuis.