Canadiens de Montréal

«Ça pourrait faire mal à Bergevin»

Publié | Mis à jour

S’il félicite Marc Bergevin pour son audace, Louis Jean estime que le directeur général des Canadiens de Montréal s’est exposé à une vengeance.

Une offre hostile, «c’est mal vu dans la Ligue nationale de hockey» et «ça pourrait faire mal à Bergevin», a-t-il prévenu. Le journaliste de TVA Sports était de passage au Kevin Raphaël Show après une journée éreintante, le 1er juillet dernier. Voyez le segment dans la vidéo ci-dessus.

Selon lui, les directeurs généraux n’auront pas la mémoire courte lorsque Jesperi Kotkaniemi deviendra à son tour un joueur autonome avec compensation.

«Dans un monde aussi conservateur, on va peut-être vouloir lui faire payer. [...] La première équipe qui va tenter de le faire, c’est les Hurricanes de la Caroline, mais le propriétaire est "cheap". Il gratte ses cennes, donc ça ne viendra probablement pas d’eux», a-t-il observé.

Louis Jean salue tout de même la tentative agressive du DG du Tricolore.  

«Bergevin travaille pour Geoff Molson, il l’a dit. Tu es redevable à qui? À tes partisans, à tes joueurs, à ton organisation et à ton propriétaire», a-t-il soutenu.

Ne pas défier Bergevin!

C'est connu, les offres hostiles peuvent créer des tensions. Demandez-le à Brian Burke, qui était le directeur général des Ducks d'Anaheim à l'été 2007. Ce dernier n'avait pas apprécié la manoeuvre de son homologue des Oilers d'Edmonton, Kevin Lowe, auprès de Dustin Penner.

«Burke avait dit : "On va réserver une grange et on va se battre!"», a raconté Louis Jean.

«Mais si Don Waddell [le DG des Hurricanes] lance cette invitation à Bergevin, bonne chance!», a-t-il rigolé, en faisant allusion aux gros bras du patron hockey du Tricolore.