Canadiens de Montréal

«Je suis convaincu que Marc n’a pas fini» - Danault

Publié | Mis à jour

Admettant qu’il aurait accueilli à bras ouverts Sebastian Aho dans le vestiaire du Canadien, Phillip Danault ne fondait pas trop d’espoirs de voir débarquer l’étoile montante des Hurricanes de la Caroline après avoir pris acte de l’offre hostile de son directeur général.

Figurant parmi les invités de la cinquième édition de la Soirée des étoiles organisée par le défenseur des Sharks de San Jose, Marc-Édouard Vlasic, et son épouse Martine Auclair, au profit du Patro Laval, dans les locaux du concessionnaire Mercedes-Benz de Québec, Danault a salué l’audace de Marc Bergevin.

Les Hurricanes ont toutefois annoncé mardi qu’ils allaient égaler l’offre de cinq ans et 42,25 millions $ au total déposée par le Canadien au camp du Finlandais.

«Quand Marc a échangé Andrew Shaw, je me suis dit : “Ça y est, on va faire un gros move.” Aho était un gros move, mais j’imagine que ce n’était pas assez. Un joueur étoile comme ça, il faut donner gros. Ce qu’on a fait, mais je pense que Caroline a tout fait en son pouvoir pour garder le jeune joueur. C’était un bon move de Marc, mais je gardais mes espoirs assez bas.»

«Je m’y attendais un peu [qu’ils prévoient égaler l’offre]. Je ne suis pas directeur général, mais je pensais qu’ils accoteraient l’offre. Cela dit, il y avait une histoire avec les bonis là-dedans. On ne sait pas tout. Mais je ne suis pas surpris», a commenté l’attaquant québécois.

Pas inquiet

Danault, qui vient de terminer sa troisième saison complète dans l’uniforme tricolore, espère que le Canadien se tournera vers d’autres candidats sur le marché des joueurs autonomes après ce coup d’épée dans l’eau.

«Ça [l’offre hostile] démontre que Marc veut gagner à court et à long terme. Je n’ai pas une perception mauvaise des offres hostiles. Si une organisation ne veut pas donner autant qu’une autre veut [...] et Sebastian était d’accord pour venir jouer à Montréal. C’est encourageant de voir ça.»

Triste pour Shaw et Deslauriers

«On a aussi de bons jeunes prometteurs qui s’en viennent et on se fie à ça jusqu’ici. Je suis convaincu que Marc n’a pas fini le magasinage. Il a libéré de la place sur le plafond salarial», a rappelé le centre de 26 ans en faisant référence aux transactions de Shaw avec les Blackhawks et de Nicolas Deslauriers avec les Ducks, lesquelles font économiser 4,85 millions $.

Anciens coéquipiers à Chicago avant de se retrouver à Montréal, Danault et Shaw ont tissé de forts liens au cours des années.

L’ancien des Tigres n’a pas caché sa peine de voir un «ami à vie» s’envoler sous d’autres cieux.

«Notre histoire d’amour a commencé à Chicago. C’est un coéquipier dont je vais me souvenir toute ma vie et c’est un ami à vie aussi. Il y a aussi Deslauriers qui était un très bon ami. Ma femme était extrêmement triste aussi. C’étaient de bons amis, sur la glace et en dehors de la glace.»

La Soirée des étoiles a permis d’amasser plus de 300 000 $ pour le Patro Laval au cours de ses quatre premières années d’existence. Le montant recueilli mardi soir n’était pas connu au moment de mettre sous presse.

Départ de Pavelski : Marc-Édouard Vlasic ne s’en fait pas

Déçu du départ du capitaine Joe Pavelski qui a signé une entente de trois ans avec les Stars de Dallas à l’ouverture du marché des joueurs autonomes, Marc-Édouard Vlasic voit tout de même l’avenir avec optimisme chez les Sharks de San Jose.

Après tout, même si la formation de la Californie n’a pu retenir Pavelski, qui a passé l’ensemble de sa carrière avec les Sharks, tout en perdant les services de Joonas Donskoi et Gustav Nyquist, elle s’est entendue à long terme avec le défenseur étoile Erik Karlsson avant le 1er juillet et a consenti une généreuse entente à Timo Meier.

«Il [Pavelski] est parti parce qu’il voulait un contrat de trois ans. Chaque joueur a des attentes par rapport à ce qu’il veut et les Sharks n’étaient pas prêts à le lui offrir. [Joonas] Donskoi et Joakim Ryan aussi étaient dans cette situation. Ils ont échangé Justin Braun aussi. Avec un plafond salarial, tu ne peux pas tout avoir.»

«J’ai passé beaucoup de temps avec eux. Oui, c’est décevant de voir des joueurs partir, mais quand tu es là pendant 13 ou 14 ans, tu vas en voir des joueurs partir et tu vas en voir arriver. Il y a des joueurs qui vont prendre la relève», a mentionné le vétéran arrière, qui a rejeté du revers de la main la possibilité d’être nommé capitaine.

Si Vlasic, dont la femme est une ancienne monitrice du Patro Laval, a décroché de la planète hockey à partir de l’élimination des Sharks en finale d’association contre les Blues de Saint-Louis, l’ancien joueur des Remparts n’a pas été surpris quand les tombeurs des siens ont soulevé la coupe Stanley. « Saint-Louis avait tous les éléments pour gagner. »

Savard confiant

À Columbus, malgré la perte de Matt Duchene, d’Artemi Panarin et de Sergei Bobrovski, David Savard estime que les Blue Jackets seront de la prochaine course aux séries éliminatoires.

«Il y a d’autres gars qui devront élever leur jeu d’un cran. Quand tu perds d’aussi gros morceaux, c’est difficile de les remplacer, mais ça arrive à toutes les équipes. Ça fait partie de la business. On est allé chercher un excellent joueur en [Gustav] Nyquist et ça va lui donner une chance d’être sur un trio numéro un. Il faudra s’inspirer d’équipes qui ont performé sans avoir de gros noms et retourner au style d’une équipe plus travaillante. Je n’ai pas de craintes par rapport au fait qu’on ne fera pas les séries», a analysé le défenseur de 28 ans.