Félix Auger-Aliassime

Photo : Félix Auger-Aliassime Crédit : AFP

Tennis

Auger-Aliassime fera un arrêt à Québec en septembre

Publié | Mis à jour

Félix Auger-Aliassime effectuera un retour aux sources, le 14 septembre prochain, puisqu’il sera de passage à Québec afin de promouvoir un événement bénéfice organisé par l’Académie de tennis Hérisset-Bordeleau de son père, Sam.

Cet événement de type Pro-Am servira notamment à amasser des fonds dans le but de continuer à développement la relève tennistique. Certaines autres personnalités, dont le président des Capitales de Québec Michel Laplante et l’humoriste Alexandre Barette, seront aussi de la partie.

Plusieurs autres joueurs de tennis professionnels seront confirmés au cours des prochaines semaines.

Dans le cas d’Auger-Aliassime, la plage horaire lui permettait de se déplacer vers Québec. Les Internationaux des États-Unis se terminent le 8 septembre et le Québécois prendra ensuite la route de la Chine pour une série de tournoi en sol asiatique, à la fin du mois.

«On a été chanceux de l’avoir!», assure Jacques Hérisset, membre fondateur de l’Académie et consultant à Sam Aliassime depuis que ce dernier en a fait l’acquisition, le 1er juin 2018.

Former de nouveaux Félix

Ainsi, les fonds recueillis le 14 septembre prochain serviront au développement du tennis.

«La vision de Sam [Aliassime] va en ce sens. On veut former de nouveaux Félix et ça prend des sous. On en a un en ce moment, Gabriel Diallo, qui est peut-être un an en retard sur Félix dans son développement. Il doit jouer des tournois de type Challenger ou Future mais il n’a pas le classement pour le faire. Pour ça, il doit aller jouer des tournois à l’étranger et, encore une fois, ça prend de l’argent. Les événements comme le Pro-Am vont nous aider pour ça», ajoute Hérisset, tout en spécifiant que plusieurs places sont encore disponibles pour le 14 septembre.

Impressionné

D’ailleurs, quand on parle d’Auger-Aliassime à Jacques Hérisset, on sent aussitôt beaucoup de fierté dans ses réponses. De voir que le jeune homme développé au sein de son académie fait maintenant partie des meilleurs joueurs au monde est assurément très spécial.

«On se demande constamment quand ça va arrêter! Ce qu’il fait en ce moment, c’est énorme. Quand même John McEnroe dit qu’il va un jour être le meilleur joueur au monde, c’est extraordinaire.»

Au-delà de ses résultats sur le terrain, c’est surtout la façon dont la jeune raquette de 18 ans laisse sa marque en dehors du court qui impressionne.

«C’est le genre de bonhomme qui nous représente très bien. Les autres athlètes disent souvent que c’est l’un des joueurs les plus agréables à côtoyer en dehors du terrain. C’est un beau modèle pour les jeunes du Québec.»