Canadiens

Sebastian Aho passe un message au propriétaire des Hurricanes

Sebastian Aho passe un message au propriétaire des Hurricanes

Renaud Lavoie

Publié 01 juillet
Mis à jour 01 juillet

Don Waddell s’est présenté devant les journalistes avec un sourire en coin, lundi après-midi. La première chose qu'il a dite, c’est qu’il était surpris de constater à quel point le montant de l’offre hostile des Canadiens à l'endroit de Sebastian Aho était en deçà de ses attentes.

Évidemment, le directeur général des Hurricanes ne peut tout dire. Mais voici ce qu’il m’a été permis d’apprendre depuis que Marc Bergevin a décidé d’utiliser une arme autorisée par la convention collective, mais qui est rarement utilisée.

Un propriétaire allergique

D’abord l’offre hostile déposée par le DG du Tricolore est de cinq ans et 42,27 millions$. De ce montant, 38,67 M$ constituent des bonis à la signature.

Ce que Waddell n’a pas énoncé, avec raison, c’est que son propriétaire Thomas Dundon est allergique à ce type de contrat : il refuse d'octroyer de généreux bonis à la signature, voire n'importe quelle rémunération de la sorte.

Et ceci complique énormément la tâche de son directeur général.

Bien des gens se demandent pourquoi l’offre n’est pas plus élevée. Elle n’a pas besoin de l’être.

L’agent de Sebastian Aho, Gerry Johansson, connaît parfaitement la façon dont les Hurricanes opèrent leurs affaires sur le plan contractuel et si Dundon décide d’égaler l’offre hostile, il le fera en se pinçant le nez.

C’est un excellent contrat que le camp du Finlandais a construit avec Bergevin, car il tient compte de la mentalité des «Canes», notamment du propriétaire, qui veut changer la façon d'accorder des ententes aux joueurs.

Est-ce que Dundon va laisser tomber les principes qui sont si importants à ses yeux? On le saura d’ici une semaine.

Aho passe un message aux Hurricanes

L’autre point important, c’est le message que lance Aho. Même s’il va toucher un très bon salaire en acceptant cette offre hostile déposée par la concession montréalaise, ce n’est pas comme s'il ne pouvait refuser d'y apposer sa signature.

La réalité, c’est qu’en acceptant ce pacte intrusif de Bergevin, le marqueur de 30 buts fait savoir qu'il veut poursuivre sa carrière à Montréal et qu’il est malheureux avec les Hurricanes.

Si l'organisation de la Caroline du Nord décide d’égaler l’offre, ce ne sera que par orgueil et, par conséquent, elle retiendra dans l'effectif un joueur de talent dont le cœur n'est pas à Raleigh.

D'autres offres en vue?

L’autre question qu’on me pose depuis l’annonce des Canadiens, en journée, c’est s’il faut s’attendre à ce que d’autres offres hostiles soient déposées par Bergevin, si jamais les Hurricanes égalaient l’offre hostile.

On ne peut jamais être certain de rien, mais tout laisse croire que non.

Les Canadiens ont identifié un joueur et une équipe où il était logique d'exécuter cette stratégie. Je ne pense pas que le CH voit la pertinence d'en déposer d’autres.