Crédit : AFP

Tennis

Sélection des têtes de série à Wimbledon: une injustice, selon Rafael Nadal

Publié | Mis à jour

Avant son arrivée à Wimbledon, Rafael Nadal a fait savoir son mécontentement à propos de la sélection des têtes de série. Des commentaires qui ont fait le tour du monde.

Même s’il détient la deuxième place au classement de l’ATP, l’Espagnol est la troisième tête de série du tournoi qui prendra son envol demain au All England tennis club.

Une situation qui l’a irrité au plus haut point, car elle est unique à Wimbledon. Les statuts obtenus dans les autres tournois de la saison ne comptent pas.

«Je respecte les règles de Wimbledon, a expliqué Rafael Nadal lors de sa conférence de presse d’avant-tournoi. Par contre, c’est une autre histoire si vous me demandez si c’est juste comme situation. Je crois fermement que ce n’est pas le cas.»

«Toutefois, je respecte tellement ce tournoi. Je respecte aussi son histoire. Je comprends qu’ils voient le sport d’un œil différent. Ils veulent avoir leurs propres règles.»

«Pour moi, l’objectif est toujours le même. Ça ne dérange pas si je suis deuxième ou troisième tête de série.»

Tirage peu favorable

En plus de ne pas être satisfait de son rang parmi les têtes de série, Nadal a vu le tirage au sort lui donner son premier coup dur du tournoi.

Il est dans la portion la plus difficile du tableau principal. Dès le deuxième tour, il pourrait affronter l’Australien Nick Kyrgios, sa bête noire au cours des dernières années.

Puis, il pourrait croiser le fer avec Roger Federer en demi-finale. Ça pourrait être la finale avant le temps. Le Suisse compte huit titres à Wimbledon en carrière et il aimerait bien en rajouter un autre à sa collection déjà bien garnie.

En gros, s’il veut gagner un troisième titre en sol londonien, Nadal a du pain sur la planche. On verra s’il aura assez d’énergie dans son réservoir.

Dans la douleur

Selon un article publié par «l’Équipe» dimanche, Nadal est passé à deux doigts de ne pas disputer les tournois de Roland-Garros et de Wimbledon.

À la fin du mois d’avril, il a bien failli mettre fin à sa saison de façon prématurée en raison de blessures et d’un début de saison sur terre battue qui n’était pas à la hauteur.

«Au cours des mois précédents, j’avais été débordé par mes problèmes physiques, a-t-il déclaré au quotidien français. Avec des douleurs plus fortes que celles auxquelles j’avais été habitué.»

«C’était tout simplement devenu trop compliqué de profiter de mon sport. Et si tu ne peux pas “vivre” ton sport avec cette espèce de folie, ce supplément de passion, alors il perd son sens profond.

Moi, en tout cas, je ne le percevais plus. J’avais perdu l’énergie et l’envie.»