Penguins vs Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Kessel-Galchenyuk: ce qu'il faut savoir

Publié | Mis à jour

Les amateurs attendaient une transaction d'envergure à l'approche du 1er juillet et ils ont été comblés lorsque les Penguins de Pittsburgh ont échangé Phil Kessel aux Coyotes de l'Arizona en retour d'Alex Galchenyuk.

Voici tout ce qu'il faut savoir sur cette nouvelle qui a eu l'effet d'une bombe dans le monde du hockey.

  • Vendredi, le journaliste Rob Rossi (The Athletic) a révélé des faits troublants au sujet de la relation entre Kessel et l’entraîneur-chef des Penguins, Mike Sullivan.
  • Kessel se serait montré défiant auprès de Sullivan et l’entraîneur adjoint Mark Recchi. On raconte que l'ailier droit ne se voyait pas comme un joueur de troisième trio et tenait mordicus à jouer avec Evgeni Malkin. Lorsqu'il remaniait les trios, Sullivan aurait souvent été perplexe devant les réactions négatives de son joueur.
  • Toujours selon Rossi, la majorité du blâme était attribuée à Kessel pour le déclin du jeu défensif d’Evgeni Malkin.
  • Sullivan aurait voulu que Kessel montre davantage l’exemple aux jeunes joueurs en prenant sa mise en forme plus au sérieux.
  • Le pilote des Penguins aurait également craint que Kessel influence négativement Jake Guentzel.
  • Les visites régulières de Kessel au Rivers Casino de Pittsburgh n’auraient pas inquiété les Penguins jusqu’à ce que Sullivan apprenne que quelques jeunes joueurs, dont Guentzel, fréquentaient l’établissement la veille des rencontres.
  • La relation tendue entre Kessel et Sullivan aurait rendu inconfortable Evgeni Malkin. Avec d’un côté son coéquipier et de l’autre son entraîneur, le joueur de centre se serait senti «piégé» entre les deux hommes.
HKO-HKN-SPO-PITTSBURGH-PENGUINS-V-ARIZONA-COYOTES
Crédit photo : AFP
  • Les Penguins pouvaient échanger Kessel à huit équipes. Mais, selon ce que des sources ont raconté à The Athletic, l’attaquant aurait inclus sur sa liste des destinations où il croyait que les Penguins ne l’échangeraient jamais et d’autres équipes qui ne pouvaient prendre en charge son salaire ou son espace sur la masse salariale.
  • D’ailleurs, Jeremy Roenick avait lancé à la fin mai que Kessel n’accepterait d’être échangé qu’à une seule destination et qu’il s’agissait d’une équipe dans le sud-ouest des États-Unis.
  • Âgé de 31 ans, Kessel est certes plus vieux que Galchenyuk, mais il n'a pas manqué une rencontre depuis le 31 octobre 2009.
  • En Arizona, Kessel retrouve son ami et confident Rick Tocchet. Le franc-tireur a développé des affinités avec l'actuel entraîneur-chef des Coyotes lorsque ce dernier était un adjoint de Sullivan à Pittsburgh.
  • Kessel a établi un sommet personnel en 2017-2018 en amassant 92 points. Il avait alors terminé au septième rang des pointeurs de la LNH.
  • Bien qu'il ne soit pas reconnu comme un joueur intense, Kessel a la réputation de briller dans les moments importants. En séries éliminatoires, il totalise 77 points, dont 33 buts, en 87 matchs. En 2016, il est terminé au deuxième rang du scrutin pour le trophée Conn-Smythe.
  • Galchenyuk est échangé pour un deuxième été consécutif. À 25 ans, il en est ainsi à une troisième équipe dans la LNH. L’an dernier, il avait été envoyé aux Coyotes en retour de Max Domi.
  • L'ailier gauche a connu sa meilleure saison avec les Canadiens en 2015-2016, récoltant 56 points, dont 30 buts. La formation montréalaise avait alors raté les séries éliminatoires. 
  • Depuis cette campagne, Galchenyuk n'a pas atteint la marque des 20 buts.
Coyotes c. Canadiens
Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM
  • En 490 matchs dans la LNH, Galchenyuk a compilé un différentiel de -53. Celui de Kessel (996 matchs) est de -86.
  • Sachant que Guentzel est devenu le compagnon de trio régulier de Sidney Crosby à l’aile gauche, Galchenyuk pourrait se retrouver sur le deuxième trio des Penguins en compagnie d’Evgeni Malkin.
  • De 2015-2016 à 2018-2019, Galchenyuk a inscrit 33 buts en avantage numérique, ce qui le classe au 26e rang de la LNH. La saison dernière, les Penguins ont affiché un taux d'efficacité de 24,6% avec l'avantage d'un homme, bon pour le cinquième rang du circuit.
  • Âgé de seulement 30 ans, John Chayka est actif depuis qu'il a été nommé directeur général des Coyotes en mai 2016. En plus de Galchenyuk et Kessel, il a notamment fait l'acquisition de Carl Soderberg, Nick Schmaltz, Derek Stepan, Antti Raanta, Niklas Hjalmarsson et Alex Goligoski.