Impact

Rémi Garde a un besoin urgent de renfort

Publié | Mis à jour

Appelé à se débrouiller avec un effectif réduit depuis plusieurs parties, l’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal, Rémi Garde, commence à s’impatienter, non sans raison.

«Ça fait cinq rencontres que malheureusement, il n’y a pas 18 noms sur la feuille de match de l’Impact et que parfois, sur le banc de touche, il y a des joueurs qui n’ont pas joué du tout ou qui n’ont vu de l’action qu’en U19», a-t-il souligné, vendredi matin, avant l’entraînement de l’équipe qui se prépare à affronter l’Atlanta United FC, samedi.

L’Impact est actuellement privé de plusieurs joueurs se retrouvant en sélection nationale, soit Samuel Piette, Zachary Brault-Guillard, Daniel Lovitz, Omar Browne et Micheal Azira. Or, l’entraîneur français aimerait avoir un peu de renfort.

«Ce n’est pas un caprice, j’ai besoin de retrouver un effectif un peu plus conséquent pour pouvoir faire une rotation, considérant le niveau de fatigue et le niveau athlétique de certains joueurs qui ont connu des blessures ou qui reviennent, a-t-il plaidé, en montrant son désir de protéger ses troupiers actuels.

Je serai peut-être obligé de faire enchaîner des matchs, 72 heures après le précédent, à des joueurs qui n’ont pas joué depuis longtemps. Il y a toute une gestion qui échappe, bien évidemment, aux gens qui suivent ça d’un peu plus loin. Je peux vous dire qu’à l’interne, il y a une jonglerie importante en ce moment.»

«Ce serait très problématique, voire dangereux, de ne pas récupérer très rapidement un effectif complet, parce qu’on ne peut pas tirer sur la corde trop longtemps en comptant sur un minimum de joueurs, a ajouté Garde. Malheureusement, c’est la situation actuelle. Je souhaiterais le plus rapidement possible avoir davantage de joueurs.»

Un énorme défi à Atlanta

Ces propos de l’entraîneur surgissent au moment où le club montréalais s’apprête à affronter l’Atlanta United FC, samedi, au Mercedes-Benz Stadium. Même si l’Impact continue d’offrir un bon rendement, il ne serait pas surprenant d’assister à un duel inégal à Atlanta.

«Évidemment, les résultats masquent une situation qui, à l’interne, est différente de celle qui est perçue, a indiqué Garde, en rappelant la victoire de 2 à 1 obtenue contre les Timbers de Portland mercredi, au Stade Saputo. Il faut se serrer les coudes. C’est là qu'on s’aperçoit que les vaillants, les guerriers, sont là. C’est ce que j’ai vu lors du dernier match ici.»

En attendant du renfort, des joueurs comme Saphir Taïder et Orji Okwonkwo doivent, individuellement, élever leur niveau de jeu et démontrer une grande force mentale. Par contre, le faire deux fois dans une même semaine,, avec un effectif similaire, représente un défi gigantesque.

D’autant plus quand on sait que l’Atlanta United FC n’a pas concédé un seul but à ses cinq derniers matchs de la Major League Soccer à domicile. Le dernier but alloué par ce club au Mercedes-Benz Stadium remonte ainsi au 20 avril. Il y a de quoi inquiéter Rémi Garde.

Josef Martinez absent

Si l’Impact doit composer avec plusieurs absences, l’Atlanta United FC sera privé de son meilleur buteur, soit Josef Martinez, lors du match de ce samedi.

Martinez représente effectivement le Venezuela à la Copa America, qui se tient à Rio de Janeiro, au Brésil. Comptant 10 réalisations depuis le début de la saison, l’attaquant avait dominé la Major League Soccer, en 2018, avec un total de 31 buts.

Sans Martinez, la formation d’Atlanta aurait pu choisir de miser sur Romario Williams contre l’Impact, mais celui-ci a été échangé au Crew de Columbus, vendredi, en retour d’un montant d’allocation.

Peu importe l’identité des joueurs utilisés à l’attaque par l’Atlanta United FC, le défi pour l’Impact ne sera peut-être pas de défendre son filet, mais plutôt de menacer la cage adverse. En huit matchs à domicile cette saison, Atlanta a accordé seulement quatre buts.

Un chemin cahoteux

Même s’il devient difficile pour l’entraîneur-chef de l’Impact Rémi Garde de composer avec son effectif actuel, le Français de 53 ans sait bien qu’une telle situation se présente à l’occasion dans le soccer professionnel.

«À chaque saison, ce n’est pas un long fleuve tranquille, a noté celui qui a notamment dirigé l’Olympique lyonnais par le passé. Il n’y a que lorsqu’on se retourne et qu’on a gagné que l’on conserve les bons moments. Le chemin est toujours un peu cabossé, cahoteux. Il y a des obstacles à franchir, mais oui, j’ai déjà connu des situations comme ça.

«Le retour des joueurs en sélection ou, éventuellement, l’ajout d’un joueur dans la formation serait une bonne nouvelle», a reconnu Garde.