Canadiens de Montréal

Cole Caufield décidera après le camp

Publié | Mis à jour

Si Cole Caufield devait se rapporter à l’Université du Wisconsin au cours des prochaines semaines, le récent choix de premier tour des Canadiens de Montréal n’exclut aucune possibilité à l’heure actuelle.

«Je vais voir comment le camp (de développement) se déroulera et je prendrai une décision par la suite», a-t-il prévenu, mercredi.

Alors que ses talents de marqueur ne font aucun doute (il vient de marquer 72 buts avec la formation nationale de développement), il réalise que faire ses preuves est l’objectif ultime s’il espère forcer la main aux décideurs.

«Si tu n’entends pas te battre pour un poste, alors pourquoi serais-tu ici?», soulève l’Américain de 18 ans.

«Ma mission est de prouver que j’ai ma place. Si ça fonctionne, ce sera tant mieux. Je vais faire mon possible pour percer la formation. Si ce n’est pas le cas, je suis encore jeune. Il me reste beaucoup de chemin à parcourir.»

Bien sûr, pour être au camp d'entraînement à l'automne, il devra avoir paraphé son premier contrat professionnel.

Impressionné par les partisans

Originaire du Wisconsin, le franc-tireur au petit gabarit est déjà conquis par les fidèles de la Sainte-Flanelle, qu’il n’entend pas décevoir.

«J’adore le hockey. D’où je viens, ce n’est pas le même niveau d’engouement. De venir ici et de constater à quel point les partisans sont passionnés, c’est réconfortant, a assuré Caufield, que le Tricolore a appelé avec la 15e sélection au total, vendredi.

«J’espère qu’un jour je pourrai enfiler le chandail et jouer devant eux.»

Encore faire ses preuves

Si son gabarit de 5 pi 7 po  a soulevé des doutes chez les recruteurs de la LNH, Caufield a réitéré que faire taire ses détracteurs est justement ce qu’il a dû faire depuis aussi longtemps qu’il chausse les patins.

Il se dit maintenant prêt à prouver à tort ceux qui le croient trop petit pour jouer dans le circuit Bettman.

 «Il faut que je m’ajuste. Les joueurs sont plus costauds au niveau supérieur. J’ai dû composer avec cette réalité toute ma vie, a-t-il informé. Je dois continuer de m’adapter et d’ajuster mon jeu en conséquence. Ça devrait aller.

 «Je veux faire une bonne impression. J’espère que les joueurs le remarqueront.»