Impact

Un retour au travail brutal pour l’Impact

Publié | Mis à jour

MONTRÉAL - Les trois semaines de pause internationale dans la Major League Soccer (MLS) ont permis à l’Impact de Montréal de recharger ses batteries, mais le retour au travail risque d’être brutal.

En congé de match depuis une victoire de 2 à 1 contre les Sounders de Seattle, le 5 juin, les hommes de Rémi Garde se frotteront aux Timbers de Portland, une équipe qui a le vent dans les voiles, mercredi, au Stade Saputo.

«Ils sont dans une très bonne période, a reconnu Bacary Sagna, mardi, avant l’entraînement de l’Impact au Centre Nutrilait. Ils viennent d’enchaîner deux très bons matchs en marquant énormément de buts [deux gains de 4 à 0].»

«Nous devons jouer en confiance, a ajouté le défenseur. Nous sommes à domicile. Nous savons qu’ils forment une bonne équipe. Il faut les respecter, mais nous savons que nous sommes bons tant que nous restons unis et que nous allons de l’avant.»

En plus d’avoir été actifs dans l’U.S. Open Cup, les Timbers ont recommencé leur calendrier de la MLS samedi dernier. Ils ne devraient donc pas être rouillés quand ils se présenteront à Montréal.

«Ils ont disputé trois matchs pendant que nous n’en avons pas fait, a dit Garde. C’est un club qui avance et qui arrive ici avec quatre victoires à ses cinq derniers matchs. Ce sera important pour nous de vite basculer dans la compétition, car nous allons jouer contre une équipe qui ne s’est pas arrêtée.»

Un joueur à surveiller

Un des plus gros défis qui attendra l’Impact mercredi soir sera de surveiller Brian Fernandez. En six matchs avec les Timbers, dont quatre en MLS, l’attaquant de 24 ans a marqué un impressionnant total de huit buts.

«Il va falloir jeter un coup d’œil à ses mouvements, a indiqué Sagna, qui semble tout près d’un retour au jeu après avoir été blessé à la cheville. Nous devons le mettre en difficulté par nos jeux de passes, nos appels en profondeur et l’état d’esprit qui nous anime et qui nous a fait gagner plusieurs matchs. Fernandez est un joueur important, mais il y en a d’autres aussi.»

Une analyse que partage l’entraîneur-chef.

«Il a vraiment apporté un nouveau souffle à cette équipe, qui était déjà solide, a dit Garde. [...] Par contre, se concentrer juste sur Fernandez, ce serait laisser beaucoup de place à [Diego] Valeri, à [Sebastian] Blanco et au jeune [Marvin] Loria, qui a fait un très bon premier match.»

«Nous ne pouvons pas nous concentrer sur un seul joueur, a poursuivi le pilote. Nous savons que [Portland] est une équipe qui est forte offensivement et qui défend bien aussi. Nous aurons besoin d’une grande concentration collective quand nous n’aurons pas le ballon et retrouver des fondamentaux qui ont fait notre force en deuxième moitié de saison l’année dernière. Il faut empêcher les adversaires de prendre trop confiance.»

Pause bénéfique

Même si l’Impact n’a pas connu l’intensité d’un vrai match depuis un bon moment, la pause a tout de même été bénéfique, selon les membres de l’organisation.

«Ç’a fait du bien pour moi et pour tout le monde, a affirmé Saphir Taïder. Nous en avions besoin après avoir joué beaucoup de matchs.»

«Rien ne peut remplacer la concentration et l’intensité physique d’un match, a pour sa part indiqué Garde. C’est là que nous devrons être vigilants. Par contre, sur 90 minutes, j’espère que nous aurons la force d’aller jusqu’au bout, n'ayant pas joué depuis trois semaines.»

Les partisans du onze montréalais pourront vite constater l’état de forme de leurs favoris quand ceux-ci sauteront sur le terrain mercredi.