BBA-BBO-SPO-SAN-FRANCISCO-GIANTS-V-MIAMI-MARLINS

Crédit : AFP

Baseball - MLB

Les Marlins ne suivront pas l’exemple des Rays

Publié | Mis à jour

En dépit de foules locales encore plus maigres que celles des Rays de Tampa Bay, les Marlins de Miami ne devraient pas séparer leur calendrier de matchs à domicile pour évoluer dans une autre ville à temps partiel.

Pendant que le propriétaire des Rays, Stuart Sternberg, a la permission du baseball majeur pour mieux analyser l’idée de jouer à Tampa et à Montréal au cours d’une même saison, au sud de la Floride, les partisans des Marlins, aussi peu nombreux soient-ils, n’ont pas à s’inquiéter. Selon un texte publié sur le site du journal «Sun Sentinel» lundi, le scénario d’un partage des parties locales de leur club entre deux marchés n’est pas envisageable pour une raison bien particulière : la présence d’un stade moderne.

Effectivement, Miami compte sur une infrastructure ayant ouvert ses portes en 2012 et qui est davantage chaleureuse que le Tropicana Field de St. Petersburg où évoluent les Rays. Mais surtout, son club a signé un bail de 35 ans avec la Ville, ce qui empêche tout transfert avant l’année 2047.

Ainsi, ceux croyant voir la formation autrefois détenue par l’homme d’affaires et ancien propriétaire des Expos Jeffrey Loria débarquer au Québec pour quelques rencontres devraient oublier l’idée. D’ailleurs, environ 15 millions $ ont été dépensés pour des rénovations au Marlins Park pendant la dernière saison morte. Et toujours d’après le journal local, les Marlins espèrent voir leur total d’assistance grimper au fur et à mesure que le soutien de la communauté locale se manifestera.

Peu de monde

Les Marlins continuent d’en arracher sur le terrain et aux guichets. En date de lundi, ils affichaient la pire moyenne des grandes ligues avec une foule locale de 9378 spectateurs. Les Rays étaient avant-derniers avec un total de 14 545.

Au classement, Miami a repris un peu de vigueur en remportant ses quatre derniers duels, mais demeure dans la cave de la section Est de la Ligue nationale avec une fiche de 30-46.

À Tampa, les Rays possèdent un bail valide jusqu’en 2027 avec la ville de St. Petersburg et le maire Rick Kriseman a fermé la porte à l’idée d’un partage de la concession avec Montréal.