SPO-FOOTBALL-ALOUETTES-ENTRAINEUR

Crédit : COURTOISIE / Dominick Gravel / Alouettes de Montreal

Alouettes

Alouettes : une pause bénéfique

Publié | Mis à jour

MONTRÉAL - Une semaine de congé après seulement un match de saison régulière peut sembler inutile, mais pour une équipe qui a vécu autant de remous que les Alouettes de Montréal, cette pause peut être salvatrice.

«La semaine [du match contre les Eskimos d'Edmonton] a été un peu folle, a reconnu Khari Jones, qui a été nommé entraîneur-chef par intérim après le départ de Mike Sherman, le 8 juin. Je pense que les gars ont bien géré la situation. Ils se sont battus. Nous n’avons pas décroché la victoire, mais j’ai aimé l’intensité de l’équipe.»

Les Oiseaux ont disputé le premier match de leur saison le 14 juin à Edmonton. Ils reprendront le collier vendredi au domicile des Tiger-Cats de Hamilton.

«C’était bien de pouvoir absorber ce que nous avions vécu, parler des changements avec l’équipe d’entraîneurs et discuter de la façon dont nous voulons travailler, a-t-il ajouté. Ce sont des choses sur lesquelles nous n’avons pas eu le temps de travailler pendant la saison morte.»

Bonne réflexion

Le joueur de ligne offensive Kristian Matte abonde dans le même sens que son entraîneur.

«Une semaine de congé au début permet d’avoir un temps de réflexion sur le camp d’entraînement et sur les plans de match, a dit le Québécois. Cela permet aussi d’apprendre au lieu d’être tout de suite en mode une rencontre après l’autre.»

«Le "timing" était bon aussi en raison des changements que nous avons vécus en début de saison», a-t-il poursuivi.

Pour quelqu’un comme le coordonnateur défensif Bob Slowik, le congé donne aussi un peu plus de temps pour apprivoiser le jeu du football canadien.

«C’est différent de ce que je connais, mais nous avons trois semaines sans match [dans la saison], donc il faut bien les mettre quelque part, a-t-il lancé en souriant. Et cela m’aide beaucoup comme entraîneur de première année dans la Ligue canadienne. La pause me permet d’étudier les erreurs que j’ai pu commettre et les façons de les corriger.»

Slowik croit aussi que le congé a été bénéfique à l’unité défensive.

«C’est très positif, car nous n’avons pas eu la chance d’exécuter beaucoup de jeux dans notre nouveau système pendant le camp d’entraînement, a-t-il expliqué. À part le niveau d’intensité, qui était beaucoup plus élevé [contre les Eskimos], il s’agissait presque d’un match préparatoire, car nous mettons encore en place le système.»