Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

Canadiens

Québécois avec le CH: il faut simplement repêcher les bons

Publié | Mis à jour

La Ligue nationale de hockey regorge de talentueux joueurs québécois et les derniers repêchages laissent croire que le nombre de représentants de la Belle Province dans le circuit Bettman ne fera que monter dans les prochaines années.

Lors des dernières séances de sélection, des joueurs au futur prometteur comme Joe Veleno, Benoît-Olivier Groulx, Pierre-Olivier Joseph et Maxime Comtois ont notamment été appelés sur l’estrade, tandis que les Pierre-Luc Dubois, Samuel Girard et Thomas Chabot se sont déjà positionnés comme étant des piliers au sein de leur formation.

Cette année encore, alors que le repêchage se tenait à Vancouver, plusieurs «gars de chez nous» ont trouvé preneur.

Les plus populaires (et talentueux, si l’on se fie aux différents classements), sont sans aucun doute Samuel Poulin, Jakob Pelletier et Raphaël Lavoie. Mais il y en avait aussi d’autres. 18 représentants de la LHJMQ auront cette année entendu leur nom résonner dans les hauteurs du Rogers Arena. 

Parmi ceux-ci, un seul est désormais membre de l’organisation des Canadiens de Montréal : Rafaël Harvey-Pinard. Et ce nombre semble déranger plusieurs amateurs, qui allèguent que le club ne pige pas assez «dans sa cour» lors des différents repêchages.

En fait, statistiquement, il serait faux de dire que le CH n’a pas donné, au fil des ans, l’opportunité aux Québécois de se faire valoir en les repêchant.

Entre 2007 et 2015, dix «gars de chez nous» ont été sélectionnés par le Bleu-Blanc-Rouge. Mais comme vous le constaterez bientôt, le Tricolore n’a peut-être tout simplement pas repêché les bons...

2006 : Au deuxième tour, Montréal sélectionne Mathieu Carle, défenseur droitier originaire de Gatineau. Même si l’arrière avait préalablement tiré son épingle du jeu dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (195 points en 258 matchs), il n’a finalement jamais été en mesure de faire sa niche à Montréal. Il n’aura disputé que trois matchs avec la Sainte-Flanelle.

2007 : Olivier Fortier, natif de Québec, est la sélection de 3e tour des Canadiens. Joueur de centre responsable aux habiletés offensives évidentes, il connaît lui aussi de bons moments dans la LHJMQ, terminant son stage junior avec 161 points. Les amateurs du CH ont donc raison d’être emballés par son imminente arrivée. Toutefois, après trois saisons dans la Ligue américaine de hockey avec les défunts Bulldogs de Hamilton, il quitte vers la ECHL, puis met fin à sa carrière de hockeyeur.

2009 : Alors que le repêchage est présenté à Montréal, les Canadiens jettent leur dévolu sur deux joueurs de la Belle Province.

Louis Leblanc est d’abord sélectionné au premier tour (18e au total). Un passage fructueux dans le circuit midget AAA québécois, où il avait récolté 140 points en 83 matchs, puis une dernière saison junior disputée chez le Junior de Montréal auront contribué à mettre le jeune homme originaire de Pointe-Claire sous les projecteurs. On connaît toutefois la suite... Il dispute 50 matchs (5 buts, 5 passes), puis voit le Tricolore l'exclure de ses plans. Après des passages dans les organisations des Ducks d’Anaheim et des Islanders de New York, ainsi qu’un court séjour en Europe, il accroche ses patins à 25 ans seulement.

Crédit photo : PIERRE-PAUL POULIN/LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

L’autre Québécois appelé par Montréal lors de ce repêchage est Gabriel Dumont (5e tour). Très dominant à sa dernière année à Drummundville sous les couleurs des Voltigeurs, (51 buts et 93 points), tout semble permis pour le petit ailier. Dumont ne parvient toutefois pas à se faire une place dans la formation montréalaise. Il performe bien à Hamilton avec le club-école, mais peine à se faire valoir lors de ses différents rappels. Il n’aura disputé que 18 matchs avec les Canadiens et évolue aujourd’hui chez le Crunch de Syracuse dans la LAH.

2011 : Au 4e tour, Olivier Archambault entend son nom résonner dans les hauteurs du Xcel Energy Center, au Minnesota. Il comprend que l’équipe de son enfance vient tout juste de l’intégrer à ses rangs. Doté d’aptitudes offensives indéniables, il fait, plus souvent qu’à son tour, très mal aux différentes brigades défensives de la LHJMQ entre 2009 et 2014. Les choses ont toutefois pris une triste tournure pour cet attaquant gaucher natif de Le Gardeur. Après seulement 10 rencontres chez les Bulldogs, l’organisation du CH lui signifie qu’elle ne lui offrira pas de nouveau contrat. Lui aussi évolue aujourd’hui avec le Crunch de Syracuse dans la Ligue américaine.

Olivier Archambault
Crédit photo : Agence QMI

2012 : Il s'agit de l’année de Charles Hudon, dont la situation fait encore jaser à l’heure actuelle. Choix de 5e tour, il serait erroné de dire que l’ancien des Saguenéens et du Drakkar dans la LHJMQ n’a pas connu de bons moments avec les Canadiens. Très efficace dans la LAH (162 points en 207 matchs), Hudon reçoit quelques appels du grand club au fil des saisons, mais obtient sa véritable première chance en 2017-2018, où il dispute 72 parties (30 points) avec le Tricolore. La saison dernière, il semble cependant avoir perdu sa place dans la hiérarchie de l’équipe. Il n’a participé qu’à 32 matchs et vient tout juste de refuser une offre qualificative des Canadiens. Il serait vraisemblablement sur son départ.

2013 : Fort d’un étincelant passage chez les Mooseheads de Halifax, le gardien Zachary Fucale est sélectionné au second tour (36e choix au total) par Montréal. Malgré un talent évident, le Québécois n’aura jamais pu s’emparer du poste de deuxième gardien à Montréal. Il faut dire que Charlie Lindgren et Michael McNiven lui ont offert une opposition de taille. Après la saison 2017-2018, Fucale ne reçoit aucune offre des Canadiens et signe un contrat d'un an (deux volets), d'une valeur de 650 000 $ avec les Golden Knights de Vegas.

SPO-ROCKET-LAVAL-AHL
Crédit photo : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

En 6e ronde, le CH sélectionne le fougueux Jérémy Grégoire. Doté d’une éthique de travail irréprochable, le patineur de Sherbrooke a toutefois un potentiel offensif limité et est confiné à la Ligue américaine. Après trois saisons dans l’organisation, le Bleu-Blanc-Rouge a choisi de ne pas lui soumettre d’offre qualificative. Il a disputé la dernière saison chez les Roadrunners de Tucson dans la LAH.

2014 : Avec sa sélection de 5e tour, Montréal fait de Daniel Audette, le fils de Donald, son nouvel attaquant. Joueur de centre au petit gabarit, Audette possède des mains très agiles et est très rapide. Cependant, son jeu erratique en zone défensive et son manque d’implication physique ont refroidi les ardeurs du Tricolore qui, récemment, a choisi de le laisser partir.

2015 : Le Longueuillois Simon Bourque est sélectionné en 6e ronde par le club. Défenseur au bon gabarit, Bourque est respecté, lors de son passage dans la LHJMQ, pour ses performances complètes dans les trois zones. Après 46 matchs avec le Rocket de Laval en 2017-2018, Marc Bergevin l’a finalement envoyé à Winnipeg en retour de Steve Mason, Joel Armia et deux choix au repêchage.