Crédit : Capture d'écran

Canadiens de Montréal

«On était surpris» - Marc Bergevin

Publié | Mis à jour

Marc Bergevin avait un sourire aussi radieux que Cole Caufield à sa rencontre avec les médias à la conclusion du premier tour, hier, au Rogers Arena.

Bergevin se croisait probablement les doigts et les orteils, mais il ne croyait pas à ce scénario. En théorie, le nom de Caufield ne devait pas être encore disponible au 15e rang. C’était aussi l’opinion des onze recruteurs sondés par Le Journal de Montréal qui le plaçait entre les 8e et 13e rangs.

«J’ai eu un souper avec Pat Brisson, son agent, à Buffalo. Il m’avait dit que si je ne m’avançais pas dans le top dix, je ne le verrais pas à mon rang», a raconté le DG du Canadien.

John Wroblewski, l’entraîneur en chef de l’équipe américaine des moins de 18 ans, a corroboré les dires de Brisson.

«Je croyais honnêtement que Cole était pour sortir au 6e rang avec les Red Wings de Detroit, a confié Wroblewski au Journal. Mais les Wings ont pris une route différente avec un défenseur (Moritz Seider).»

«On était surpris, même si on savait qu’après le deuxième choix, ça pouvait aller dans toutes les directions, a renchéri Bergevin. On est fiers d’aller chercher un joueur qui va amener beaucoup à l’organisation. Marquer des buts, ça devient difficile dans la LNH. Lui, dans tous les niveaux dans lesquels il a joué, il a été capable de marquer. Je ne vois pas pourquoi il ne le ferait pas au prochain niveau.»

À sa première rencontre avec les journalistes montréalais, Caufield a identifié Brendan Gallagher comme l’un de ses modèles. Bergevin a aussi utilisé le numéro 11 du CH pou r décrire son choix de premier tour. «Il adore le hockey, c’est sa vie. Il dit qu’il a dû se battre toute sa vie en raison de son petit gabarit. C’est un genre de Brendan Gallagher. Il sourit tout le temps. Ce que tu vois, c’est ce qu’il est.»

Pas de dilemme

Le CH a ajouté un marqueur naturel en Caufield. Avec les Max Domi, Jesperi Kotkaniemi, Phillip Danault, Ryan Poehling et Nick Suzuki à la position de centre, le Tricolore a logiquement choisi de se regarnir à la position d’ailier.

Avant le repêchage, on croyait que Trevor Timmins et Bergevin opteraient pour un défenseur. Un autre besoin au sein de l’organisation. Les Flyers de Philadelphie ont mis fin à ce débat à la table du Canadien en repêchant le défenseur Cam York avec le 14e choix.

Questionné à savoir s’il aurait hésité entre York et Caufield, Bergevin a offert un sourire des plus révélateurs. Il n’a pas répondu directement à la question, mais on pouvait comprendre qu’il aurait été tiraillé.

«Quand Philadelphie a pris York, on savait que c’est lui qu’on prenait, a affirmé Bergevin. «On aimait aussi York. Il y a trois, quatre gars qu’on aimait, mais c’est lui (Caufield) qu’on a choisi.»