Simon Kean

Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Boxe

Simon Kean vise le champion canadien

Publié | Mis à jour

SHAWINIGAN - Fort d’une victoire importante samedi soir contre Dillon Carman, Simon Kean devrait remonter dans le ring à l’automne. Et il est prêt pour tous les défis que son promoteur Camille Estephan a l’intention de lui proposer.

Aurons-nous droit à un troisième combat contre Carman? Kean voudra-t-il accorder une revanche à Adam Braidwood ou voudra-t-il un nouveau défi? Ce sont des questions auxquelles on aura des réponses dans quelques semaines.

Le principal intéressé a sa petite idée à ce sujet.

«Un combat contre Mladen Miljas, qui est champion canadien, m’intéresserait, a souligné Kean. C’est un adversaire que j’aimerais aller chercher. Ce serait un bon défi et je crois que je pourrais lui donner une raclée comme ce fut le cas avec Carman. Si les amateurs veulent d’un troisième combat contre Carman, je vais leur donner. Je n’ai aucune idée de la suite pour moi.»

Pour ce qui est de donner une revanche à Braidwood, Kean n’est pas intéressé.

«Je crois que ça ne donne rien, a-t-il précisé. J’aimerais affronter d’autres gars avant lui.»

Le message de Boisvert

Lors des deux premiers rounds, Kean était très tendu. Il était hésitant lorsqu’il lançait ses coups et sa défensive était poreuse. Carman en a profité pour placer quelques bonnes frappes qui ont ébranlé le Québécois.

«J’étais très "stiff". J’étais très fatigué après les deux rounds, a indiqué le Trifluvien. Même si je l’étais, je savais que j’étais en excellente condition physique et j’allais remonter.»

«J’avais le bon et le mauvais loup qui me parlaient dans ma tête. Je devais me concentrer sur le fait d’écouter le bon.»

Après le deuxième assaut, son entraîneur Jimmy Boisvert lui a passé un savon lorsqu’il était assis sur son tabouret.

«Il m’a botté le derrière, a raconté Kean. Il m’a dit que je ne faisais pas ce qu’il m’avait dit. Par la suite, il m’a dit : "va te battre et mets de la pression. Arrête de faire ton peureux". J’ai répondu: "c’est correct".»

Un rapport l’avait prédit

Lors de son camp d’entraînement, Kean a été suivi de près par son entraîneur et son promoteur. Tout a été comptabilisé de façon méticuleuse, des sessions de mitaines aux rounds de «sparring».

D’ailleurs, Estephan se promenait avec le rapport d’une cinquantaine de pages après la victoire de son poulain.

«Selon ce rapport, Simon devait l’emporter par knock-out entre le troisième et la quatrième, a mentionné l’homme d’affaires en pointant un graphique. La prédiction était juste.»

Kean était bien au fait de l’existence de ce rapport et de ses conclusions.

«Je sais qu’on m’avait prédit d’un knockout au troisième, a-t-il ajouté. Je n’ai pas bien respecté le plan de match au cours des deux premiers rounds. Je suis vraiment content du résultat.»

Le protégé d’Eye of the Tiger Management (EOTTM) profitera de quelques semaines de vacances pour se reposer et soigner une petite blessure au coude.

Pas d’excuses pour Carman

De son côté, Carman a vu la victoire lui échapper. L’Ontarien était en contrôle du duel et il était parvenu à ébranler Kean au cours des six premières minutes d’action.

Par la suite, il a dérogé de son plan au troisième round et cela l’a conduit à sa cinquième défaite en carrière.

«Je gagnais le combat et j’avais du succès avec mon jab, a mentionné Carman avec déception. Puis, j’ai tenté de lancer mon crochet de droite pour tenter de mettre fin au combat, mais je me suis fait surprendre. C’est ma faute.»

«J’estime que l’arrêt de l’arbitre était prématuré. Kean m’a atteint avec quelques bons coups, mais pas au point de stopper le duel. Je vais retourner au gymnase en souhaitant qu’on m’accorde une revanche à mon tour.»

Dans le calepin

Malgré la victoire éclatante de Kean, la performance de la soirée appartient à Andranik Grigoryan. Le protégé de Jesse Ross Thompson a passé un test intéressant avec sa victoire contre Jorge Garcia Jimenez. Le nouveau champion NABA des poids plumes était très émotif après son triomphe.

«C’est un rêve qui est devenu réalité, a-t-il affirmé avec. Je savais que c’était un combat baromètre pour moi et que je devais livrer la marchandise. Personne ne croyait que je pourrais l’emporter par knockout et je l’ai fait. J’ai gagné pour ma famille, mais surtout pour mon père. Je l’ai appelé et il pleurait de joie.»

Une excellente foule de 3652 spectateurs a assisté au gala d’EOTTM. Il s’agit d’un autre succès pour Estephan, mais aussi pour le président des Cataractes, Roger Lavergne. La présence de Kean y est pour beaucoup.

Après la finale de la soirée, Lexson Mathieu l’a emporté contre Fernando Galvan par knockout au deuxième round. Le boxeur de Québec a été spectaculaire encore une fois et il a laissé une belle carte de visite. On le reverra en action à la fin du mois à Thetford Mines.

Le comportement de l’entraîneur d’Alan Carillo, l’adversaire de Vincent Thibeault, a soulevé la grogne des membres de la Régie des alcools, des courses et des jeux. Même si la fin du combat était justifiée, il n’avait pas le droit de se diriger vers l’arbitre Yvon Goulet pour lui dire sa façon de penser.

Les organisateurs du gala de samedi ont rendu un bel hommage à l’ancien boxeur Patrice L’Heureux (24-5-1, 13 K.-O.). Ils ont remis un cadre à sa famille et une copie sera installée de façon permanente à un endroit spécial du Centre Gervais Auto. L’Heureux est décédé d’un malaise cardiaque, le 8 octobre dernier, à son chalet.