Séries LNH 2019

Patrice Bergeron abattu: «Une claque dans la face»

Publié | Mis à jour

Il a laissé ses tripes sur la glace et y est allé d’un discours mémorable qui a arraché des larmes à ses coéquipiers. Mais au bout du compte, Patrice Bergeron n’a pu mener les Bruins de Boston à une autre conquête de la coupe Stanley.

Le Québécois était abattu dans le vestiaire après la victoire de 4-1 des Blues de St. Louis lors du match ultime.

«Je pense qu’il n’y a pas de mots pour décrire ça. On est tous très émotifs en ce moment. C’est beaucoup de travail se rendre jusqu’ici. On est un groupe extrêmement proche et c’est pourquoi on s’est rendus aussi loin. Ça fait mal, il n’y a pas d’autres choses à dire», a-t-il résumé.

«Des gars comme "Z" [Zdeno Chara] et moi qui sont dans la ligue depuis plusieurs années se rendent compte que ce genre d’occasions [de remporter la coupe] ne viennent pas souvent, a expliqué le joueur de centre. C’est encore plus une claque dans la face.»

Reconnu comme un guerrier pour les blessures qu’il a endurées au cours de sa carrière – lors de la finale de 2013, il a joué avec un poumon perforé, une côte fracturée, un cartilage costal déchiré et une séparation à une épaule –, Bergeron a avoué qu’il n’était pas au sommet de sa forme.

«Je traînais une blessure à l’aine depuis un bon moment, je bataillais avec ça. J'ai aggravé ma blessure en finale», a-t-il révélé.

S’il reconnaît que les Bruins ont bourdonné lors de la première période du septième match (domination de 12-4 au chapitre des tirs), Bergeron n’a pas voulu enlever du crédit à l’équipe championne.

«Les Blues méritent tout ce qui leur arrive, a indiqué le vétéran. On ne commencera pas à se trouver des excuses. Ils ont très bien joué. Ils ont fermé le jeu.»

Voyez le point de presse de Patrice Bergeron dans la vidéo ci-dessus.