Khari Jones

Photo : Khari Jones Crédit : COURTOISIE / Dominick Gravel / Alouettes de Montreal

Alouettes

«C’était la même chose quand je jouais» - Khari Jones

Publié | Mis à jour

Le grand jour approche pour les Alouettes! Le premier match de Khari Jones à titre d’entraîneur-chef d’une équipe de la Ligue canadienne de football (LCF) aura lieu vendredi face aux Eskimos, à Edmonton. Il en faut toutefois davantage pour rendre Jones nerveux.

«C’était la même chose quand je jouais, je n’avais pas de papillons avant de me retrouver tout juste avant un match, a dit l’ancien quart-arrière, rencontré au terme de l’entraînement des Alouettes, mercredi. Je ne prends pas le temps de m’asseoir pour penser. Je me demande simplement ce qu’est la prochaine chose à faire pour que cette équipe soit prête à jouer.»

Projeté de façon intérimaire à la barre des Alouettes après la rupture entre le club montréalais et Mike Sherman le week-end dernier, Jones trace un intéressant parallèle entre sa carrière de joueur et celle d’entraîneur. Selon lui, il est vraiment prêt pour relever ce nouveau défi, comme c’était le cas quand les Blue Bombers de Winnipeg lui avaient finalement fait confiance, en 2000, au poste de quart-arrière.

«Je pense que c’est similaire, d’une certaine manière, a indiqué Jones, qui avait été confiné à un rôle d’adjoint à Damon Allen chez les Lions de la Colombie-Britannique lors de ses trois premières années dans la LCF. Je n’ai pas eu de départ comme quart-arrière avant d’avoir 29 ans. J’étais plus vieux et je devais attendre. J’ai été substitut pendant longtemps, mais je savais que je pouvais le faire. J’avais besoin de quelqu’un qui allait croire en moi.

«Quand j’ai eu le ballon, je crois que j’ai profité de la plupart de mes opportunités. Je sens un peu la même chose comme entraîneur. J’ai appliqué sur plusieurs emplois [comme entraîneur-chef] et ce n’est pas arrivé, peu importe la raison. Maintenant qu’on me donne l’occasion, j’espère bien faire et surtout incarner ce que les joueurs ont besoin de ma part. C’est la clé.»

La polyvalence de Stanback

En prévision du match de vendredi contre les Eskimos, Jones, 48 ans, se montre satisfait du travail effectué par ses joueurs au cours des derniers jours.

«On a eu une bonne semaine d’entraînement, les gars ont bien répondu aux changements que je sentais nécessaire», a-t-il affirmé.

À l’attaque, celui qui conserve son poste de coordonnateur offensif pourrait miser sur un bel arsenal de jeux, avec des quarts mobiles et un porteur de ballon polyvalent en la personne de William Stanback.

«Peu importe ce que les entraîneurs veulent faire, nous allons tenter d’exécuter chaque jeu, a commenté Stanback. Ce n’est pas moi qui appelle les jeux, mais si je dois capter une passe, courir avec le ballon ou assurer la protection du quart-arrière, je vais me donner à 110%.»

Jouer avec passion

Le mot d’ordre de l’entraîneur en vue du début de la saison?

«Je veux que les joueurs pratiquent du football intelligent, qu’ils jouent avec passion et avec l’amour du sport, a résumé Jones. Quand je jouais dans la LCF, je m’amusais vraiment et je veux que ces joueurs-là s’amusent et en profitent.»

D’ailleurs, Jones n’entend pas changer d’attitude parce qu’il porte désormais le titre d’entraîneur-chef par intérim.

«Je ne serai pas quelqu’un d’autre, je n’arrêterai pas de sourire et de m’amuser, a-t-il dit. Je n’arrêterai pas de faire les choses que j’aime. Si j’ai le goût de danser sur le terrain, je vais le faire. Les joueurs savent que je suis là pour eux. Je vais tout faire pour les aider à avoir du succès.»