Crédit : Jean-Yves Ahern-USA TODAY Sports

Impact

«On ne dirait pas non à un joueur d'impact» - Samuel Piette

Publié | Mis à jour

À l’heure actuelle, l’Impact de Montréal occupe le deuxième rang dans l’Association de l’Est et ce, malgré de nombreuses blessures touchant des joueurs d’importance au sein du club.

À un moment ou à un autre cette saison, Ignacio Piatti, Bacary Sagna, Ken Krolicki, Omar Browne, Orji Okwonkwo, Mathieu Choinière et Harry Novillo ont tous été blessés.

N’empêche, sans être toujours élégant, le onze montréalais n’a jamais cessé d’amasser des points et devance présentement des équipes de pointe au classement.

Sans être nécessairement surpris par le rendement des siens, le milieu de terrain Samuel Piette avoue cependant que les blessures ont forcé l’effectif à se regrouper rapidement.

«On a très bien réagi. On est un groupe soudé qui se connaît bien. Tout le monde sait ce qu’il a à faire sur le terrain pour obtenir des résultats lors des moments plus ardus. On a démontré jusqu’ici beaucoup de caractère», a lancé celui qui porte le brassard de capitaine en l’absence de Nacho Piatti.

Une année spéciale?

Impossible de parler à Samuel Piette sans lui demander son avis sur une chose en particulier.

Considérant le fait que le club performe relativement bien jusqu’ici et semble toujours en mesure de se sortir d’impasse malgré les embûches, croit-il que le Bleu-Blanc-Noir puisse remporter la Coupe MLS dès cette année?

«D’abord, je crois qu’on va se tailler une place en séries. Ensuite, selon ce qu’on m’a dit, les séries, c’est une compétition complètement différente. Moi, je vois les matchs un à la fois, donc pourquoi pas? Cela dit, on a une masse salariale inférieure à plusieurs équipes dans la MLS, donc ce point peut peut-être influencer certains aspects sur une saison entière. Mais honnêtement, je pense que c’est possible. On a prouvé cette année que l’on pouvait battre n’importe qui.»

Besoin de renforts?

Cela dit, Piette ne joue pas à l’autruche. Malgré l’avantageuse position des Montréalais au classement, cette première portion du calendrier aura aussi mis en lumière des lacunes évidentes au sein du club.

Les hommes de Rémi Garde, surtout sans Piatti, peinent à marquer des buts et la créativité dans le dernier tiers fait trop souvent défaut.

Lorsqu’on lui demande s’il espère que des renforts arriveront lors du mercato estival, le no 6 de l’Impact explique que ses coéquipiers et lui ne cracheraient certainement pas sur un peu d’aide.

«Si je regarde notre première moitié de saison, ça a été très difficile de se maintenir en position de force avec tous les blessés qu’on a eus. Alors, si on peut ajouter un joueur d’impact, surtout avec la blessure de Nacho, on ne dirait pas non.»

«Je ne parle pas d’un joueur qui commande le même salaire que Piatti, mais de l’arrivée d’un élément qui peut provoquer des petits moments de folie en zone offensive serait assurément utile. L’attaque est jusqu’ici notre point faible. Il faut par contre être vigilant et ne pas amener n’importe qui ici.»

Jackson, Urruti ou... les deux?

Parlant d’offensive, un sujet ayant fait beaucoup jaser cette saison est l’utilisation des deux attaquants de l’équipe, Maxi Urruti et Anthony Jackson-Hamel.

Si certains critiquent la façon dont ils sont déployés sur le terrain, Piette, lui, est plutôt d’avis que les deux joueurs sont actuellement dans la bonne chaise.

D’ailleurs, il n’est pas du tout certain qu’utiliser les deux attaquants en même temps soit une bonne idée.

«On a essayé de mettre Maxi et Antho sur le terrain au même moment et ça n’a pas toujours fonctionné. Urruti n’est pas très à l’aise sur l’aile. Ensuite, nous, on a un système qui est le 4-3-3 et qui nécessite un seul attaquant. Si Rémi voulait vraiment mettre les deux sur le terrain en même temps, on devrait passer en 4-4-2, chose que nous n’avons jamais faite cette année. Changer de dispositif demande une bonne période d’adaptation.»

Samuel croit que ses deux coéquipiers se comportent de la bonne façon pour obtenir du temps de jeu.

SPO-IMPACT-MLS-COLUMBUS-CREW
Crédit photo : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

«Les deux se comportent super bien à l’entraînement, donc les deux mériteraient de jouer. Ma façon de voir les choses, c’est que Maxi entame le match et travaille sans relâche, puis épuise les défenseurs adverses. Ensuite, Anthony entre en fin de match et marque. On l’a vu à quelques reprises cette année.»

Piette y va ensuite d’une phrase qui résume somme toute assez bien la façon dont Rémi Garde semble vouloir gérer le dossier des deux attaquants.

«Urruti et Jackson effectuent un travail collectif, mais n’ont pas besoin d’être en même temps sur le terrain pour l’accomplir adéquatement.»

Entraîneur respecté

Si l’Impact se trouve présentement au deuxième rang dans l’Est, c’est aussi, qu’on le veuille ou non, grâce à l’impressionnante besogne accomplie par l’entraîneur Rémi Garde.

Que ce soit sur le plan de la gestion de l’effectif ou des choix tactiques, bien malin est celui qui pourra critiquer le pilote d’origine française. Samuel Piette en est bien conscient et abonde dans le même sens.

Crédit photo : Eric Bolte-USA TODAY Sports

«Je suis très content de la façon dont Rémi et les entraîneurs adjoints travaillent. Rémi connaît plus son effectif que l’an dernier et les joueurs le connaissent davantage, alors nous savons davantage comment il souhaite que l’on performe.»

«Rémi doit être également très satisfait de voir certains de nos jeunes joueurs émerger. Je pense entre autres à Shamit Shome qui est, selon moi, l’un de nos meilleurs joueurs offensifs en milieu de terrain et qui monte en puissance. Les Mathieu Choinière et Clément Bayiha viennent aussi offrir d’autres belles options à l’entraîneur.»

Situation contractuelle au neutre

Samuel Piette écoule présentement la dernière année de son contrat et bénéficie d’une année d’option l’an prochain.

A-t-il commencé à parler d’une nouvelle entente avec l’équipe?

«Il n’y a toujours pas eu de discussions. Cela dit, je sais que l’équipe souhaite que je reste à Montréal et je souhaite aussi demeurer ici. Après, le soccer demeure une "business". Je vais aussi en parler avec ma famille, voir si j’ai d’autres offres ailleurs et prendre note de ce que me propose l’Impact.»

On sait toutefois déjà ce que voudraient les partisans de l’équipe...